Guerres d’Indépendance à Cuba



Un mouvement d’émancipation

cimarronesDès la fin du 18e s., un important mouvement d’émancipation embrase tout le continent américain, des colonies britanniques au nord aux possessions espagnoles d’Amérique latine. En 1825, seules Puerto Rico et Cuba demeurent sous la férule espagnole.

Une insatisfaction généralisée

Au début du 19e s., un fort mécontentement règne au sein de l’ensemble de la société cubaine. Quelques révoltes de "cimarrones", réfugiés dans des palenques (camps fortifiés), sont étouffées.
Il faudra attendre l’issue de la première guerre d’Indépendance pour que l’esclavage soit définitivement aboli en 1886. La main-d’œuvre durement touchée par la mécanisation de certains secteurs, dont celui du tabac, organisera un mouvement ouvrier entre 1850 et 1860.
La chasse aux " cimarrones ", Février 1815, désertions fréquentes d'esclaves fuyant les caféières.

Mouvements indépendantistes à Cuba

Mouvements indépendantistesLes conflits d’intérêts entre l’Espagne et les propriétaires créoles s’accentuent. Face aux mouvements indépendantistes qui s’organisent à partir de à Cuba 1820, l’Espagne choisit la voie de la terreur et de la répression en augmentant le nombre de soldats sur place. Cette période agitée crée également des dissensions parmi les riches créoles, les loyalistes favorables à la domination espagnole s’opposent aux annexionnistes désireux de se réfugier dans le giron nord-américain dont les intérêts dans l’île vont croissant. Les partisans du rattachement de Cuba aux Etats-Unis conduit en 1850 à l’invasion de Cárdenas par la troupe de Narciso López.

Abolition de l’esclavage aux Etats-Unis

Après l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis en 1865, l’annexionnisme perd beaucoup de ses partisans. Ceux-ci se tournent vers le mouvement réformiste prônant une résolution pacifique et graduelle de leurs difficultés. L’Espagne reste sourde à leur appel et commet l’irréparable en intensifiant une fois de plus la pression fiscale en 1867.

1868 - Trente ans de lutte

Carlos Manuel de Céspedes

Carlos Manuel de CéspedesLorsque le 10 octobre 1868, Carlos Manuel de Céspedes actionne la cloche de son domaine de la Demajagua,, l’heure de la lutte armée a enfin sonné. Ce propriétaire terrien, qui vient de libérer les esclaves de son ingenio (moulin sucre), prend la tête d’une petite armée pour délivrer son pays du joug colonial. Cet épisode marque le début de la guerre de Dix ans. Le 20 octobre, les rebelles s’emparent de la ville de Bayamo et entonnent pour la première fois l’hymne national cubain.

Céspedes président

Carlos Manuel de CéspedesL’année suivante, l’assemblée de la République en Armes abolit l’esclavage et nomme Céspedes président. Armés de machettes, les mambises (terme utilisé par les indépendantistes eux-mêmes signifiant « rebelles » en congolais) progressent dans l’île, des soulèvement ont lieu dans les provinces du centre, particulièrement à Camagüey où le jeune patriote Ignacio Agramonte mène une lutte active. Ils ne parviendront cependant pas à envahir l’ouest du pays, où les propriétaire se montrent plutôt favorable à la métropole.



Antonio Maceo

Protesta de Baraguá

Antonio MaceoParalysés par des dissensions internes, les indépendantistes ne réussissent pas à mener une action unitaire qui aurait pu compenser l’insuffisance de leurs armes. Ils déplorent également la perte de plusieurs de leurs chefs militaires, dont celle de Carlos Manuel de Céspedes en 1874.
Le 10 février 1878, la signature du pacte de Zanjón entre le général espagnol Martinez Campos et les mambises marque la fin de la guerre de Dix Ans. Plusieurs généraux dont Antonio Maceo s’élèvent contre cette paix « au rabais » qui n’accorde ni émancipation des esclaves ni indépendance de l’île. Malgré l’appel à la reprise des combats, connu sous le nom de Protesta de Baraguá (23 mars 1878), le traité de paix sera signé et la plupart des généraux contestataires prendront le chemin de l’exil. C’est donc à l’extérieur de l’île que le mouvement indépendantiste va se réorganiser.

1895 - ANTONIO MACEO / JOSE MARTI

José Martí

José MartíL’acteur principal de la lutte pour l’indépendance est le héros national José Martí qui crée en 1892 le parti révolutionnaire cubain. Il est parvenu à tisser un véritable réseau à travers tout le continent latino-américain en préparation du soulèvement armé de Cuba. Cette seconde guerre éclate en février 1895. Deux mois plus tard, Antonio Maceo, Máximo Gómez et José Marti débarquent à Cuba pour envahir l’île d’est en ouest à la tête des troupes de libération.
José Marti tombe au combat le 19 mai, peu de temps après le débarquement, mais les rebelles continuent leur avancée en direction des provinces occidentales. Le 22 mars 1896, Maceo se trouve déjà à Mantua, dans la région de Pinar del Rio.

l’Avancée des mambises

Pour contrer l’avancée des mambises, la métropole nomme comme capitaine général de l’île Valeriano Weyler. Dès octobre 1896, celui-ci organise un système de reconcentración (camps de concentration) afin de parquer les paysans pour priver les rebelles de leur soutien. Le gouvernement espagnol rappelle le général Weyler et opte pour une ligne plus modérée. Les événements vont alors s’enchaîner jusqu’à faire sortir ce conflit du strict cadre hispano-cubain.

Un cuirassé dans la baie de la Havane

Face aux propositions d’autonomie, les mambises refusent de transiger et la capitale connaît une succession de troubles au début de l’année 1898. Les Etats-Unis décident alors d’envoyer un cuirassé dans la baie de la Havane afin de protéger leurs intérêts (à la fin du 19e s., les investissements américains à Cuba étaient considérables, particulièrement dans le tabac, les mines et le sucre).

Le " Maine " explose

Explosion du maine à Cuba Lorsque le 15 février 1898, le " Maine " explose, ils disposent enfin d’un excellent prétexte pour entrer dans cette guerre. Les versions sur l’origine de cette explosion divergent : accident, acte criminel perpétré par les Espagnols ou par les Américains eux-mêmes ? Sous le choc, l’opinion publique américaine réclame réparation.
Dès le 25 avril suivant, les Etats-Unis déclarent la guerre à l’Espagne. En moins de trois mois, l’armée coloniale capitule à Santiago. Le traité de Paris signé le 10 décembre 1898 par les Etats-Unis et l’Espagne, accorde l’indépendance à Cuba… aussitôt placée sous occupation militaire nord-américaine.

La route du Nouveau Monde


La vraie image du Che

Mémoire de Che Guevara

Les défenseurs de la mémoire de Che Guevara regrettent que cette utilisation commerciale affaiblisse son message politique. Mais ils soulignent que cela témoigne aussi de sa popularité et que jamais cette utilisation n’a été voulue par l’intéressé.
Pour les adversaires du Che, cette glorification de l’homme, sa dimension messianique sont insupportables. Ils rappellent que, loin d’être un humaniste aux idées généreuses, Che Guevara a approuvé des centaines d’exécutions par le tribunal révolutionnaire de La Havane. Il l’a lui-même écrit : « Les exécutions sont une nécessité pour le peuple de Cuba, et également un devoir imposé par ce peuple. » Il est aussi à l’origine des camps de réhabilitation par le travail, de sinistre réputation, qui existent encore à Cuba. Enfin Che Guevara fut un piètre ministre de l’Industrie, s’entêtant pour des raisons idéologiques dans des politiques vouées à l’échec. Sur ce point cependant, l’embargo américain explique aussi la ruine de l’économie cubaine.

Il y a 50 ans, la mort d'Hemingway

Le sang est plus épais que l'encreDans ce roman-hommage à Hemingway, Jim, la quarantaine passablement désabusée et un rien cynique, joue le rôle du "double" moderne du grand Ernest.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

50 ans de révolution cubaine

Il était l'un des plus expérimentés parmi les vegueros privés, qui avait amené la production de la cape à un haut niveau de perfection.

Rechercher - Livres