l'Album Calma



Omar Sosa en piano solo.

Omar Sosa, CalmaEnregistré à Brooklyn en octobre 2009 en condition de live, Calma est le cinquième album d’Omar Sosa en piano solo. Il s’agit d’un travail singulier sur le plan artistique, une approche originale du genre comprenant treize improvisations, chacune conviant les éléments stylistiques du jazz, de la musique classique, de la musique ‘’d’ambiance’’ et de l’électro.



Une invitation à la relaxation

Ce disque, exempt de technicité, est une invitation à la relaxation et à l’introspection. Nous sommes ici sur le mode de la contemplation. Omar le décrit ainsi : Chaque titre inspire le suivant et l’improvisation est la base de l’expression musicale. Je voulais jouer du début à la fin sans penser les thèmes, simplement sentir où me conduiraient les notes, en suivant la voix de mon âme. Il est possible de faire voyager main dans la main le silence, l’espoir, l’optimisme et la tristesse.
On peut aisément comparer ce disque à la rencontre entre les sensibilités mélodiques d’Erik Satie et celles de Pierre Boulez.

l'Album Ceremony

NDR Big Band

Omar Sosa, CeremonyPremier projet en big band pour le pianiste cubain Omar Sosa. Il publie « Ceremony », un album enregistré avec son quartet et le NDR Big Band, l’orchestre de la radio allemande. Un ensemble habitué aux collaborations avec les grandes pointures du jazz de Wayne Shorter à Bobby Mc Ferrin ou Al Jarreau. Dans Ceremony, Omar Sosa, a choisi d’offrir avec le NDR Big band, une nouvelle lecture de compositions extraites de trois de ses précédents albums. Omar Sosa Ceremony.





Jaques Morelenbaum

Un projet ambitieux pour lequel il a fait appel aux talents d’arrangeur du violoncelliste brésilien Jaques Morelenbaum. Charge à lui de laisser le champ libre aux improvisations d’Omar Sosa tout en utilisant le potentiel des solistes du big band. La musique d’Omar Sosa s’enrichit de nouvelles couleurs tout en conservant ses saveurs originelles. myspace.com/morelenbaum.

L'Album Sentir

l'Exploration de ses racines africaines

Omar SosaL' Album Sentir d'Omar Sosa Toujours obsédé par l'exploration de ses racines africaines, chants sacrés nés dans l'esclavage, mélant animisme vaudou et apôtres de l'église : c'est la santéria cubaine qui à donné les bases de la salsa. D'autres associent divinités africaines et saints de l'islam : c'est le gnaoui marocain, Omar Sosa expérimente encore plus ici le coté sensoriel du son.

Je ne suis qu'un médiateur, je suis le porte-parole des esprits...

- Omar Sosa

Cette phrase, Omar Sosa se plaît à la répéter, bien qu'il n'en ait pas besoin. Sa musique parle d'elle-même. Mystique, le pianiste l'est assurément, lui qui a choisi de consacrer sa vie à la spiritualité. Mais pas n'importe laquelle! Toujours de blanc vêtu, couvert de colliers et de bijoux, Sosa croit aux Orishas, les dieux de la Santeria, le vaudou cubain, la plus importante religion syncrétique de cette partie métissée du globe. Il est vrai que le métissage, il connaît! Il l'a appris à La Havane, qui l'a vu grandir.

Afreecanos

L'esprit des ancêtres

afreecanos L'esprit des ancêtres africains souffle sur l'album Afreecanos. Certes, son jazz s'est toujours enraciné dans le versant le plus nègre et le plus vaudou des musiques de son île natale, car il est initié aux tambours de la santería et à leur mysticisme hérité des anciens esclaves noirs. Mais cette fois, il invite une chanteuse malienne (Mamani Keita) et un vocaliste sénégalais (Mola Sylla), aux côtés d'un flûtiste peul (Ali Wagué), d'un joueur de kora (Ali Boulo Santo) et d'un percussionniste mandingue (Baba Sissoko).



Liens

Discographie

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

l'album Calma

Naviguant entre musique traditionnelle cubaine et ambiances à la Thelonious Monk, hip hop ou encore musique arabe, le pianiste et compositeur cubain Omar Sosa propose son nouvel album.

Influences

Ce musicien versatile a étudié très tôt les percussions puis le piano à La Havane, où il aura ensuite l’occasion de travailler avec Vicente Feliu et Xiomara Laugart. La suite de sa carrière se fera en dehors de son pays, en Equateur, à San Francisco et Barcelone. Il recevra les enseignements de célèbres jazzmen tel Oscar Peterson, Herbie Hancock, Chick Corea ou Keith Jarrett.