Blogs à Cuba



Plus de 700 blogs sur le thème de "Cuba" sont actuellement répertoriés sur Internet

95% de ceux-ci sont administrés par des personnes qui vivent hors du territoire national, dans la grande majorité des cubains en exil. A Cuba, le réseau Internet étant contrôlé. Il existe un réseau “national” qui donne accès à une adresse électronique et permet d’envoyer des e-mails à l’étranger, mais pas de surfer sur Internet. La connexion au réseau “international”, qui coûte trois fois plus cher, permet d’accéder aux sites d’informations étrangers comme ceux de la BBC, du Monde, du Nuevo Herald (quotidien hispano de Miami). Mais si l’on tape “google.fr“, on est redirigé vers les pages du journal officiel de Cuba (Granma) ou de l’agence de presse Prensa Latina. Cuba figure sur la liste des “Ennemis d’Internet”, publiée par Reporters sans frontières le 12 mars 2008.

Yoani Sanchez

Le Blog Generación Y

Yoani Sanchez, Cuba Libre. Vivre et Ecrire a la Havane"Génération Y est un Blog inspiré par des gens comme moi, avec des prénoms qui contiennent ou qui commencent par un "y grec". Nés à Cuba dans les années 70 et 80, marqués par les séjours aux « classes vertes », les dessins animés russes, les sorties illégales de l’île et la frustration. C’est pour cela que j’invite spécialement Yanisleidi, Yoandri, Yusimí, Yuniesky et tant d’autres qui traînent leurs "y grecs" à me lire et aussi à m’écrire...

Cuba Libre. Vivre et Ecrire a la Havane

Le prix du Meilleur Blog a été décerné à Generación Y qui vit sur place, à Cuba. Ce n'est pas le premier prix décerné à Yoani Sanchez, qui n'avait pas été autorisée à quitter Cuba pour aller chercher un prix en Espagne, en mai 2008.

Sitôt mis en ligne, le blog d'information de Yoani Sanchez est bloqué

Le premier site d'information indépendant depuis 50 ans lancé par la blogueuse Yoani Sanchez n'est déjà plus accessible pour les internautes cubains. Le blog a été détourné vers un autre site dénonçant les activités de l'opposante cubaine.

14ymedio

Yoani Sanchez, Le Blog Generación YA peine en ligne, déjà piraté. Il n’aura fallu que quelques minutes pour que le premier site d'information indépendant, 14ymedio, de la dissidente Yoani Sanchez soit bloqué. Le blog, mis en ligne mercredi 21 mai à Cuba, a été détourné après son lancement de manière à ce que les internautes cubains ne puissent plus y avoir accès, constaté par l'AFP.
Les Cubains qui voudraient se rendre sur le site www.14ymedio.com se retrouveront automatiquement redirigés vers un autre site, www.yoanislandia.com.

Téléphoner à Cuba

Communications avec les mobiles

Pour info sur les communications avec les mobiles
0,46 CUC/minute: coût d’un appel reçu depuis Cuba sur un portable cubain (1 CUC= 1,08 USD)
0 CUC: coût d’un appel reçu depuis l’étranger à un portable cubain
0,50 CUC/minute: coût d’un appel émis depuis un portable cubain vers un autre portable sur le territoire
0,60 CUC/minute: coût d’un appel émis depuis un portable cubain vers un téléphone fixe cubain
479 861 lignes de téléphonie cellulaire au 31 décembre 2008
60 CUC: coût d’activation d’un ligne téléphonique mobile
67.33%: couverture du territoire du réseau téléphonique cellulaire.
Les télécartes sont disponibles en dénominations de 10 et 20 pesos convertibles et sont vendues dans les hôtels, les centres de congrès, les bureaux de l’ETESCA et les kiosques téléphoniques eux-mêmes. Vous pouvez également faire vos appels internationaux dans votre hôtel.

Raccorder Cuba à Internet

internet à CubaEncouragés par les timides mesures étatiques pour raccorder le pays à Internet, un nombre croissant de Cubains ignorent l’interdiction officielle de consulter les pages d’informations étrangères, d’écouter des sites de musique piratée et de suivre des cours informatique en ligne.

Intranet cubain

Le prix de la connexion est rédhibitoire : 4,5 pesos cubains convertibles (abrégé CUC, soit 3,44 euros) de l'heure, dans un pays où le salaire moyen est officiellement de 17 euros par mois. Beaucoup d'internautes devront se contenter d'utiliser le service de courrier électronique à 1,5 CUC (1,15 euro) de l'heure, ou la consultation de l'intranet cubain pour la somme plus abordable de 0,60 CUC (0,46 euro).

l’Age de l’information à Cuba

Le tout précipite malgré elle l’île vers l’âge de l’information. « Je suis de la génération née juste après la révolution », explique un ingénieur de 31 ans qui, comme les autres internautes clandestins, n’accepte de parler qu’à condition de garder l’anonymat.

Téléphone Cuba

« Nous avons tous vu ces énormes ordinateurs soviétiques reliés entre eux et si peu performants. Avec le PC et Internet arrivent de nouvelles façons de penser, en toute indépendance. Pour nous, Bill Gates et Linus Torvalds sont des gourous. »

Un coup de frein au Net

Le gouvernement communiste cubain, qui a vu l’information contribuer à la désintégration de l’Union soviétique, a donné un coup de frein au Net, tandis que dans le reste de l’Amérique latine le nombre d’utilisateurs doublait chaque année. Dès son arrivée au pouvoir, Fidel et Raul Castro ont eu pour souci de contrôler ce que les Cubains écoutaient et lisaient. Ils n’ont accès qu’aux journaux, à la radio et à la télévision d’Etat, mais nombre d’entre eux écoutent régulièrement les émissions étrangères (souvent brouillées). Le fait qu’Internet constitue une menace sérieuse au monopole de l’information n’a pas échappé aux autorités. Cuba est l’un des pays de la région qui comptent le moins d’ordinateurs et de téléphones par habitant.

Internet à Cuba

S’offrir un ordinateur

Telephoner à Cuba

Téléphoner à Cuba.

le QTECH à Cuba

On trouve donc dans un centre commercial de La Havane des PC QTECH, au format tour, sous Windows XP avec 80 Go de disque dur, 512 Mo de RAM et des processeurs Intel Céléron (sans que l’on sache très bien comment des processeurs américains arrivent sur l’île). A environ 520 € pour un ensemble complet avec un moniteur cathodique, un écran et un clavier, le QTECH est malheureusement hors de portée pour la plupart des résidents cubains, qui gagne en moyenne 13 € par mois.

Seuls quelques Cubains triés sur le volet, ceux qui sont en mesure de se procurer des dollars américains, peuvent s’offrir un ordinateur. Il est interdit de s’équiper au marché noir. Mais, d’après les dissidents et les fans d’informatique, des milliers de jeunes cubains le font quand même. En théorie, on ne peut avoir accès à Internet sans la permission des autorités. Dans un pays qui compte 11 millions d’habitants, seuls 40 000 fonctionnaires, chefs d’entreprise et étrangers l’ont reçue, d’après les estimations officielles.

l’Age de l’information

Cybercafés à la Havane

Cybercafés à la Havane

les Cubains commencent à fréquenter les nouvelles "salles de navigation" internet ouvertes par les autorités dans un pays où les connexions à domicile sont rarissimes.

Des milliers d’autres personnes ont trouvé le moyen de se connecter frauduleusement sur ces liens autorisés. Le régime commence à peine à avoir un avant-goût de l’âge de l’information, après avoir accusé pendant des années l’embargo américain de priver l’île des moyens nécessaires à cette entrée. Cuba avait prévu d’ouvrir une dizaine de cybercafés à la Havane en 2001, avec l’aide d’investisseurs étrangers, et de consacrer 100 millions de dollars par an à des équipements qui pourraient rendre la Toile plus accessible. Dans l’ancienne capitale coloniale espagnole, les cours d’informatique dispensés par les clubs de jeunes sont bourrés d’élèves âgés de 4 à 40 ans. Une nouvelle race d’entrepreneurs a fait son apparition : elle aide le gouvernement à créer des pages web pour la plupart destinées à attirer les touristes sur l’île. On défonce les rues pour poser des lignes de téléphone numériques et le câble.

Libéralisation de la politique gouvernementale

Reste à savoir si ces investissements s’accompagneront d’une libéralisation de la politique gouvernementale. Les dissidents pensent que l’accès au réseau restera interdit chez soi, qu’il sera contrôlé par le gouvernement dans les lieux publics et coûtera de toute façon trop cher pour la plupart des Cubains.

Génération blog à Cuba

A Cuba, le blog reste le meilleur moyen de relater la réalité de la vie quotidienne

Severine THEVENETAuréolée de son prix Ortega y Gasset 2008 de journalisme électronique, la jeune intellectuelle cubaine Yoani Sanchez rend compte de l’actualité cubaine dans son blog Generación Y. Dans une note récente, elle évoque la difficulté de faire du journalisme à Cuba où "les médias officiels sont plus proches de la fiction que de la réalité". Depuis avril 2007, elle se fait la voix de cette génération Y, constituée selon Yoani Sanchez, de tous ceux "nés à Cuba dans les années 70 et 80, marqués par les séjours aux 'classes vertes', les dessins animés russes, les sorties illégales de l’île et la frustration".

sin EVAsion

Dans sin EVAsion, 'Eva', qui réside aussi à La Havane, nous fait partager l’état d’esprit de ceux ‘qui appartiennent à une génération qui a vécu en se débattant entre la désillusion et l’espoir’.

El Blog de Dimas

Dimas, journaliste indépendant et ancien professeur de philosophie marxiste, réfléchit à la validité des préceptes révolutionnaires dans le Cuba d’aujourd’hui. Des notes philosophiques et historiques à lire sur son blog sobrement intitulé El Blog de Dimas.
Les cubains en exil n’hésitent pas non plus à prendre la plume pour parler à leurs compatriotes restés sur l’île.

Desarraigos provocados

Aguaya, une cubaine exilée à Berlin, parle tous les jours du pays où elle a vécue trente ans dans son blog Desarraigos provocados. Elle annonce pour 2009 la première rencontre de bloggueurs cubains à Miami.

El tono de la voz

L’écrivain et traducteur Jorge Ferrer, qui vit en Espagne, reste, malgré l’exil, très conscient des débats qui animent son pays. Il aime analyser ce que disent de Cuba la presse et les dirigeants du monde et rétablir quelques vérités ignorées dans son blog El tono de la voz.

Todo el mundo habla

Le blog Todo el mundo habla, cherche à unir tous les cubains, "de l’intérieur, de l’extérieur, de droite et de gauche". "Si nous avons quelque chose en commun, c’est bien l’amour de Cuba".

Cubalatina sur Pinterest

Consultez le profil de Cubalatina sur Pinterest.

Claude RIBEAUCOURT

Claude RIBEAUCOURT CUBA : A la recherche de soleil en janvier, destination Cuba un voyage de trois semaines accompagné d'une charmante jeune femme. Au volant de notre voiture à remonter le temps, l'émotion de traverser des villages, des villes coloniales espagnoles. Rouler avec les américaines des années 50 aux pistons malades et carrosseries grinçantes. Une population chaleureuse et fière qui aime la musique et la danse. Des paysages changeant tout au long du voyage, d'ou l'envie de fixer ces moments rares.



Reportages Cuba

Expositions Photos

Tourisme à Cuba

Maison Dupont de NemoursA Cuba, le tourisme est sans doute aujourd'hui la première source en devises. Des efforts considérables sont fournis pour continuer à développer ce secteur, ce qui ne manque pas de provoquer des tensions, tout en aggravant les inégalités.

Connexions rarissimes

Il faut savoir qu'à Cuba, les habitants ne sont pas autorisés à avoir une connexion Internet à leur domicile. Ce qui pour nous est devenu une simple habitude quotidienne reste un privilège hors de prix sur l'île. Jusqu'à présent, seuls quelques salles publiques et quelques hôtels étaient connectés. L'accès reste très restreint hormis pour les étrangers résidant sur l'île qui ont le droit de posséder une connexion Internet à leur domicile. La condition préalable : avoir obtenu une autorisation auprès de l'Etesca, unique opérateur du pays. De plus, le paiement doit s'effectuer soit en dollar américain soit en devise étrangère. Or, les Cubains ne sont pas censés détenir de peso cubain convertible.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

Santiago de Cuba

Santiago de CubaDeuxième ville du pays, Santiago de Cuba est la plus "caraïbe" des villes cubaines. Fruit de plusieurs siècles de métissage entre les Aborigènes, les Espagnols, les Africains, les Français et les Asiatiques, elle a conservé son caractère colonial avec ses rues étroites en escaliers, ses balustrades et ses patios.

Trinidad de Cuba

Trinidad de CubaTrinidad est imprégnée d’histoire et de soleil, et délimitée par des montagnes arborées et elle se trouve au bord de magnifiques plages. Profitez du soleil sur le sable doux, faites un plongeon dans la mer chaude des Caraïbes ou bien venez découvrir le Parc Naturel de Topes de Collantes, absolument préservé, situé juste à l’extérieur de Trinidad.