La Transcubaine



Carnet de voyage à Cuba,
de Santiago à La Havane

J'ai testé pour vous la transcubaine !

Transcubaine
Destination authentique aux décors décrépis des années cinquante, peuple fabuleux avec une sensualité à fleur de peau, Cuba ne laisse jamais indifférent, quiconque l'approche en revient enrichi et conquis..

Vous allez vivre mille émotions et vous ne serez plus tout à fait le même après cette aventure !

Des aventures exclusives autour du monde. Villes proches ou destinations lointaines, nous pensons que tout est à découvrir ou à redécouvrir, la réussite d'un voyage étant faite de rencontres, d'expériences et de sensations nouvelles.

Daily Explorerest un concept de voyage élaboré sous forme d'aventures qui se déclinent autour du monde"


Transcubaine
Grâce à un nombre limité de participants et d'équipes, notre formule laisse à chacun l'autonomie nécessaire pour acquérir une vraie connaissance du pays, de sa culture, de ses habitants, mais également pour s'enrichir d'une aventure unique dans le cadre rassurant d'une organisation expérimentée.

Cherche originalité...

Que fait-on lorsqu’on est une célibataire, qu’on a dépassé les 5O ans, et que tous les amis passent leurs vacances de Noël en famille ?



Une semaine dans un hôtel idyllique au bord d’une mer qui l’est tout autant ?


Transcubaine
Impensable avec une silhouette tristement marquée de cellulite hivernale… Un voyage avec un groupe d’érudits à visiter des vestiges chargés d’histoire ? Très peu pour moi. Le bon vieux Club-Med ? Trop de monde et trop d’enfants à cette période. Et puis, au Club on vit en marge de la réalité du pays. Un trek au Népal? A éviter lorsqu’on pratique comme seul sport les joutes verbales des séances de direction…

Bouger, oui, mais sans trop d'effort

M’imprégner de nature, villes et villages, me mêler à la population en la regardant vivre et surtout..

Traque les sites de voyages,

Alors à défaut de surfer sur une mer idyllique, je me rabats sur internet et traque les sites de voyages, me mêlant aux " tchats " et autres forums d’échanges, désespérément à la recherche de vacances originales. C’est au cours d’une de ces pérégrinations que je tombe sur un mot qui retient mon attention : " Transcubaine, vacances hors du commun "...
Cuba est un peu trop à la mode à mon goût... Je vais tout de même voir ce site dont le nom seul fait rêve : Daily Explorer

Nous pensons que tout est à découvrir ou à redécouvrir, la réussite d'un voyage étant faite de rencontres, d'expériences et de sensations nouvelles... Un scénario unique et inédit. L’aventure accessible à tous

Je m’inscris à sur la " Transcubaine " via internet...

Traverser Cuba en voitures de collection sous la forme d’un rallye ludique, entrer en contact avec la vie locale, vivre quelques épreuves sportives qui vous contraignent à oublier vos peurs... L’offre était alléchante et sortant de l’ordinaire. Je fais donc le pas et m’inscris après avoir dialogué par messagerie interposée avec Gérard Farina, initiateur du concept et organisateur-chef de l’équipée.

Je subis aussitôt les railleries des copains...

"Tu es complètement folle, on ne part pas avec un groupe trouvé au détour d’une virée sur internet " , " tu es sûre que c’est sérieux ton truc ? ", " tu ne sais même pas qui sont ces gens " "en tout cas ne compte pas sur nous pour te chercher au fond d’un obscur hôpital communiste ". Vous constaterez plus tard qu’ils avaient tort...





Partagas, Roméo & Juliette et nous et nous ...

Sitôt arrivés à La Havane, l’organisation nous divise en 5 équipes affublées de noms de cigares. Nous voici prêts à nous affronter sportivement et gaiement au travers des épreuves que Gérard et son équipe nous ont concoctées. Par un hasard heureux d'affinités et de placement, je me lie dans l’avion avec deux participants pleins d'humour : Seb(astien) le photographe de Gamma et Béatrice de chez St Laurent. Coup de chance ! Gérard nous réuni sous le nom de l'équipe Punch, du nom de l’une des plus célèbres marques de cigares cubains.

Et me voici jouant les stars dans une voiture de collection...

5 américaines dont la cadette est née fin des années 50, ainsi qu'un superbe camion de 1949 nous sont alloués pour la traversée de l’île. Nous les tirons au sort, chauffeurs compris et Punch a le privilège de rouler dans une " Hudson Hornet " de 1951, couleur bordeaux, la plus rare du groupe, selon son propriétaire-chauffeur qui nous accompagnera de La Havane à Santiago.
Une première mondiale pour eux comme pour nous ! Chaque jour on nous remet un " Road-book " personnalisé qui nous révèle l'essentiel de notre étape et des épreuves à passer.

Caméras et micros indiscrets

Pour corser cette expédition qui, au fil des heures et des jours nous fera vivre expériences et sensations inédites, nous sommes suivis par une équipe de télévision, mandatée par la chaîne "Voyage". Celle-ci plonge caméras et micros indiscrets dans tous nos faits et gestes... de quoi rougir plus tard en famille devant le poste !

Les visages pâles (qui auraient bien voulu bronzer) en vacances ! Et zou... nous voici partis pour 8 jours de folie ! Vous faire le détail de chaque animation serait un peu long, mais quelques extraits vous donneront une idée !...
Imaginez pour commencer un défilé d'une dizaine de vieux side-cars sur le "Malecon" abondamment arrosés par des vagues déchaînées, sous une pluie battante...
Imaginez-moi ensuite apprenant la salsa, élégamment chaussée de Pataugas, dans le magnifique théâtre de La Havane sous la houlette de deux authentiques professeurs, aux côtés de jeunes et splendides cubaines...

Rickshaws à la cubaine

Transcubaine
Que dire de notre promenade en file indienne à bord de "rickshaws" à la cubaine puis de mon talent pour reproduire le visage du Che avec des grains de café.... Sans compter les mystères de la mécanique avec les Cubains... Puis ce fût la descente en rappel d’une tour de 45 m, datant du 17e siècle - pas aussi angoissant qu'on ne le pense, et, surtout, pas obligatoire pour ceux qui auraient le vertige... Suivie d’une mémorable partie de dominos contre une équipe locale de Trinidad (gagnée allègrement par l'équipe Punch, je précise)...
Je me suis aussi initiée à la fabrication du cigare, non Messieurs, elles ne les roulent pas sur leurs cuisses... Avant de plonger à la recherche d'un trésor dans la Baie des Cochons;...
Enfin j’ai perdu un match de base-ball contre notre équipe de chauffeurs... avant de me laisser bercer par le coassement des grenouilles dans un bungalow de charme sur pilotis, au milieu d'une magnifique réserve marécageuse... Ouf ! Un vrai coup de foudre pour la destination...

Des paysages enchanteurs

Transcubaine
Des paysages enchanteurs... une population locale d'une gentillesse authentique et tellement spontanée... la musique et la danse partout et à toute occasion... de la pauvreté... oui, mais tellement souriante et heureuse (je sais, ça fait tout drôle de le dire)... un Che omniprésent...
Des Cubains portant fièrement moustache et chapeau à larges bords en mâchant leur immuable cigare... des slogans révolutionnaires plutôt sympathiques... des chevaux, des cochons... de la canne à sucre... et... du tabac, bien sûr ! Cuba vaut vraiment le détour.

Sans oublier les mojitos !

Transcubaine
Boisson incontournable s'il en est, faite de citron vert, sucre et du fameux rhum de Cuba ( le Havana Club ) mojito " a rythmé bien des grands moments ! Ah... les mojitos... Ai-je eu finalement raison de " transcubaner " en groupe.
Oui, pour la gaieté qui se dégage de ce voyage original, pour l’exubérance des activités et les expériences nouvelles et ludiques qu’il propose.

Si vous n’êtes pas un " baroudeur " ou une baroudeuse solitaire de 20 ans, le principe de la Transcubaine est une bonne alternative (quoique réservée à une clientèle plutôt haut de gamme) pour profiter d’une immersion active et hors du commun dans un pays. L’organisation était sans faille et réalisée par des professionnels du voyage et de l'événementiel ainsi que des guides de montagne expérimentés.

Si je devais exprimer un regret... Que ce fût si court, Dommage pour les lumières et les couleurs... Cuba a subi en cette fin d’année la queue de la vague de froid qui a frappé les USA. Dans le cas présent, l’ambiance du groupe et les animations ont totalement réussi à nous faire oublier cet impondérable qui aurait un peu gâché mon séjour si j’étais venue bronzer idiote. Si c’était à refaire ?
C. Ott, la doyenne du groupe.



Reportages Cuba

Expositions Photos

A.Ramiro Fernández

A.Ramiro FernándezFernández, qui vit dans le quartier de Chelsea à New York, a quitté Cuba à l’âge de huit ans en 1960, plus tard il devient éditeur photo. En 1981, alors qu'il travaillait comme réceptionniste au « Museum of Modern Art » , un homme est venu avec un album sous le bras de gravures à l'albumine* pris par le photographe cubain José Gómez de la Carrera d'origine espagnole, il les a proposé au conservateur John Szarkowski de lui acheter. Le commissaire n'était pas intéressé. Ramiro Fernández décide d'acheter l'album lui-même et le paye en plusieurs versements. Ce fut le début de son travail de collectionneur, qui s'étend maintenant des années 1850 à 1970, de nos jours Ramirez continue encore son travail d’archiviste de la mémoire Cubaine, en achetant parfois des photos de Cuba sur eBay par exemple, ou de simples donateurs. Il s'agit du deuxième livre basé sur sa collection unique au monde, le premier était « I was Cuba ».
*Photographie albuminé : L'emploi de l'albumine ( ou blanc d' oeuf ) pour la prise de vue avait déjà été suggéré par Niépce de Saint-Victor en 1847, mais il fut rapidement remplacé par l'emploi de gélatine. A la même époque, on utilisa le blanc d'œuf pour l'obtention des tirages positifs sur papier. Ce procédé sera très utilisé jusqu'au début de ce siècle.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

Santiago de Cuba

Santiago de CubaDeuxième ville du pays, Santiago de Cuba est la plus "caraïbe" des villes cubaines. Fruit de plusieurs siècles de métissage entre les Aborigènes, les Espagnols, les Africains, les Français et les Asiatiques, elle a conservé son caractère colonial avec ses rues étroites en escaliers, ses balustrades et ses patios.