Sorties salsa Juillet 2015



Recherchez une date de concert

Les Suds à Arles

20 ème édition - Du 13 au 19 juillet

Les Suds à ArlesChaque été, pendant 7 jours et 6 nuits, de 10h à 4h du matin, le festival accueille quelque 60 000 festivaliers, plus de 60 concerts & rencontres musicales au cœur de la belle cité arlésienne.

Nuit des Forges / Parc des Ateliers. Samedi 18 juillet à 00h30
La Dame Blanche et El Hijo de la Cumbia
Cuba / Argentine

LA DAME BLANCHEQuand le hip hop cubain fréquente l’électro-cumbia argentine ! Yaite Ramos, fille du directeur artistique et tromboniste du Buena Vista, Jesus « Aguaje » Ramos, a baigné toute son enfance dans la musique. À huit ans, elle commence à étudier la flûte classique au conservatoire. Diplômée de l’Ecole Nationale d’Art en 1994 à La Havane, elle décide d’y rester pour découvrir la musique traditionnelle populaire cubaine, le feeling, le jazz, la rumba, la musique afro-cubaine, « la musique de la rue », dira- t-elle. Elle intègre le septet féminin SABOR A MIEL et part en tournée internationale. Installée à Paris depuis 1998, elle devient rapidement l'une des meilleures voix latines de la scène parisienne, et accompagne Alfredo Rodriguez, Rumbanana, Paris Salsa All Stars, Sabor A Son, l’Orchestre du Splendid, entres autres.

Sergent Garcia

En 2004 commence sa collaboration avec le créateur français de salsa-muffin, Sergent Garcia, avec qui elle a fait une longue tournée internationale en 2005. Ici avec un répertoire des chansons inédites, inspirées du quotidien, aux couleurs latin jazz, soul, funk, bossa nova... cette chanteuse discrète a tout pour être une diva : une voix envoutante, l'élégance scénique,sa beauté naturelle, et du talent! Partageant ici la scène avec le Beat Maker Marc « Babylotion » Damblé et Lukmil Perez aux percussions, elle fait vibrer cette dernière nuit de la 20e édition, du nuevo flow latino...

DJ El Hijo de la Cumbia

Avant et après le concert, DJ EL HIJO DE LA CUMBIA. Il est l’un des dj-producteurs les plus en vue de Nueva Cumbia, cette fusion de musiques traditionnelles latino-américaines et électroniques aux sonorités urbaines, qui enflamme depuis plusieurs années les dance-floors des capitales d'Amérique Latine.

Orquesta Buena Vista Social Club

Soirée SUDS / Théâtre Antique Jeudi 16 juillet à 21h30

Orquesta Buena Vista Social Club

Orquesta Buena Vista Social Club,

Deux dates en France cet été !

ELIADES OCHOA, OMARA PORTUONDO, GUAJIRO MIRABAL, BARBARITO TORRES et JESÚS 'AGUAJE' RAMOS

En 1996, le guitariste Ry Cooder réunissait pour un album, et plus tard pour un film réalisé par Wim Wenders, quelques grands noms de l’âge d’or de la musique populaire cubaine des années 50 : Omara Portuondo, Compay Segundo, Rubén González, Ibrahim Ferrer, entre autres. Le succès fut mondial ! Après des tournées internationales retentissantes aux rythmes de la trova, du son, du danzón (ancêtre de la salsa), et quelques albums remarquables, le groupe mythique de la musique cubaine où figurent encore quelques membres d’origine - dont ELIADES OCHOA, OMARA PORTUONDO, GUAJIRO MIRABAL, BARBARITO TORRES, JESUS 'AGUAJE' RAMOS - entame un Adiós Tour... avec l’enthousiasme et le charme qui caractérisent ces musiques !

Omara Portuondo

Omara Portuondo commença sa carrière comme danseuse au sein du célèbre cabaret Tropicana alors qu’elle était encore adolescente. Chanteuse avec sa sœur avec un groupe de bossa nova aux accents cubains et jazz américain, elle tourna pendant 15 ans avec le groupe El Cuarteto Las d’Aida avant d’enregistrer son premier album en solo. Dans les années 70 et 80, on la retrouve dans l’Orquesta Aragon, avec laquelle elle fit aussi des tournées internationales. Si le Buena Vista Social Club lui a apporté une renommée mondiale, elle a reçu un Grammy pour son album en solo, « Gracias » (Montuno). En 2011, « Omara y Chucho » (Harmonia mundi), album avec le pianiste Chucho Valdés (accueilli à Suds en 2014), a été acclamé par la critique et le public.

Eliades Ochoa

Eliades Ochoa, chanteur et guitariste, accueilli à Suds avec le projet Afrocubism en 2011, puise son inspiration dans la guajira, une musique typique de la campagne proche de Santiago, à l’est de Cuba. Surnommé le « Johnny Cash de Cuba », pour son goût vestimentaire, sa contribution au Buena Vista relève de sa manière personnelle de jouer de la guitare et sa voix singulière. Il a aussi enregistré un disque avec Manu Dibango (« CubAfrica », 1998), « Sublime Illusion » avec le producteur John Wooler et la participation de Charlie Musselwhite, David Hidalgo et Ry Cooder – album nominé aux Grammy (catégorie Meilleur album tropical).

Manuel « Guajiro » Mirabal

Manuel « Guajiro » Mirabal, est une figure clef de la scène musicale cubaine de ces dernières 50 années. Trompettiste pour presque toutes les formations importantes de Cuba, il a également collaboré sur les disques édités par World Circuit : Afro Cuban All Stars, A toda Cuba Le Gusta, Buena Vista Social ClubTM et Introducing Rubén González.

Jesus « Aguaje » Ramos

Jesus « Aguaje » Ramos, directeur artistique, tromboniste et chanteur a joué avec le quartet féminin d’Omara et a enregistré avec de nombreux artistes. Membre du Buena Vista et de l’Afro Cuban All Stars, sans compter ses albums avec Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo et Rubén González dont il fut aussi le directeur artistique, il est aussi le père de Yaite Ramos, alias La Dame Blanche, que l’on retrouve samedi 18/7 pour la dernière Nuit des Forges !

Barbarito Torres

Barbarito Torres, au luth, a commencé sa carrière en 1970. Il est devenu membre permanent, à La Havane, de la Orquesta Cubana de Cuerdas, et fait également partie du groupe Campoalegre (dont il est le directeur artistique également), Manguaré, l’Afro Cuban All Stars. Avec ses formations ou en solitaire, il a tourné dans le monde entier.



Septeto Santiaguero

Musique traditionnelle cubaine

Festival All Stars, du 29 juin au 1er Août

Septeto SantiagueroGroupe phare de Santiago de Cuba, Septeto Santiaguero est devenu en une quinzaine d’années, une des meilleures formations de son cubain. Ce groupe a hérité et exalté différentes interprétations de la musique traditionnelle cubaine. Avec sa nomination aux Latin Grammy pour le meilleur album de musique tropicale traditionnelle de l’année 2011, le Septeto Santiaguero fait actuellement figure de référence en matière de purs guaracha, guaguanco et son cubains. Basé à Santiago de Cuba, le collectif manie passionnément, et tout naturellement en ce qui le concerne, l’art de la tradition musicale santiaguera consistant en de puissants choeurs et de spectaculaires chorégraphies.
Chez lui, à Santiago de Cuba, sa communion avec la rue est magique. Le nom de « Septeto Santiaguero » existe depuis la création en 1931, d’un des septuors les plus prestigieux de Santiago de Cuba qui interpréta pendant des décennies, des rythmes cubains traditionnels. La formation actuelle, qui vient de célébrer ses quinze ans de scène dans le monde entier, demeure l’un des groupes phares de Santiago.

El son de Cuba

Elle s’est rappropriée cet héritage de musique traditionnelle cubaine « el son » qu’elle a réussi à exalter par sa propre interprétation. On retrouve ainsi à leur répertoire un très large éventail de rythmes chaloupés : son, guaracha, boléro, guajira, guaguanco et oacuvous.

Jazz à Vienne

Du 26 juin au 11 juillet 2015

Chucho Valdés Tribute to Irakere

Le vendredi 3 Juillet au Théâtre Antique

Chucho Valdés Tribute to IrakereDionisio Jésus “Chucho” Valdés Rodriguez est né en 1941 au sud de La Havane. C’est son père, Bebo Valdés, figure du mambo et inventeur des rythmes batanga qui l’a initié à la musique. Depuis, avec des mains aussi larges que des battoirs et capables d’une délicatesse de dentellière, Chucho Valdés efface d’un geste les frontières musicales. Cet émule d’Art Tatum, Bill Evans, Dave Brubeck ou McCoy Tyner est devenu le pianiste compositeur et arrangeur le plus renommé de La Havane. Dès le début des années 70 et la création du groupe Irakere, il se révèle comme un chef d’orchestre novateur, aussi célèbre pour ses solos à couper le souffle que pour la sophistication de sa musique de fusion latine.

Border Free

Alors qu’il vient de publier Border Free en hommage à son père, le doux parrain du latin jazz revient au Théâtre Antique pour rendre un hommage exceptionnel au modernisme d’Irakere. Il y a 36 ans paraissait Irakere, le manifeste précurseur du groupe éponyme fondé en 1973 par Chucho.
Le pianiste et compositeur y dirige une réunion incandescente de conga orientale, de tambours bâta, de rituels de la santeria cubaine, de jazz funky, de swing ellingtonien et de musique classique. Il enchaîne ensuite son fameux “Misa Negra” (un rituel de santeria stylisé, en quatre mouvements inspirés par la forme classique) à l’Adagio de Mozart transformé en blues par le saxophoniste Paquito D’Rivera. Les bases du latin jazz contemporain étaient posées. À l’instar des Jazz Messengers d’Art Blakey (le groupe actuel de Chucho s’appelle The Afro Cuban Messengers), Irakere restera jusqu’au seuil des années 2000 l’université de la nouvelle vague des musiciens cubains.

Chucho Valdés

Festival Au Fil des Voix à Vaison la-Romaine

29 juillet - 2 août théâtres antique & du nymphée

Festival Au Fil des Voix

Pour sa 8eme édition, le festival Au Fil des Voix à Vaisonla-Romaine, aux Théâtres Antique et du Nymphée, vous emmène bien au-delà des frontières musicales, la créativité des artistes du monde reflétant de nos jours un fort métissage. L’ambition du festival étant d’accompagner des artistes avant-gardistes tout en favorisant la rencontre des altérités culturelles, il vous fera découvrir cette année six nouvelles créations scéniques, liant des mondes musicaux distincts. En ouverture, Hindi Zahra et Moriarty feront vibrer le théâtre Antique. Il y a de l’extase dans la voix d’Hindi Zahra qui nous fait faire le tour du monde en spirales et Moriarty, trompant la mort, nous fera ressentir que l’on peut danser avec elle. Dans l’intimité du théâtre du Nymphée, Dorsaf Hamdani nous offre un voyage entre Paris, Beyrouth et Tunis, à travers une rencontre interculturelle originale de deux grandes Dames de la chanson : la française Barbara et la libanaise Fairouz, tandis que Katerina Fotinaki, entremêlant les fils de la musique et de la poésie, reconstruit son image de la Grèce et évoque aussi bien les mystères de l’Antiquité que l’atonalité la plus contemporaine.

Agathe Iracema

Une clôture très latino, avec la lumineuse chanteuse franco-brésilienne Agathe Iracema qui nous présente une interprétation contemporaine de la musique du Brésil.

Chucho Valdés

Avant d’accueillir le grand artiste cubain, Chucho Valdés. La musique de Chucho Valdés raconte une version du monde, ouvert par nature à l’autre, une « archipellisation » de la pensée qui invite à tracer des passerelles entre les mondes, à briser les murs des identités segmentées. Autant de preuves que la réalité artistique va au-delà des référencements du marché, jazz / world / folk et tutti quanti, et que nous avons à coeur d’illustrer le dialogue entre les cultures

Chucho Valdés : piano
Yaroldy Abreu Robles : percussion, voix
Dreiser Durruthy Bombalé : batá, voix
Rodney Barreto : batterie, voix
Gastón Joya : contrebasse, voix
Manuel Machado : trompette
Ariel Bringuez : saxophone ténor
Carlos Sarduy : trompette
Rafael Águila : saxophone alto
Reinaldo Melián : trompette

Festival Tempo Latino

23, 24, 25, 26 juillet Vic-Fézensac - Gers

Tempo LatinoTempo Latino, premier festival européen de musique latine et de salsa, dans le Gers à Vic-Fezensac. Un festival qui défend le métissage du rythme, du son, de la voix. Tempo Latino offre une grande diversité musicale et respecte les talents du monde latino et afro-cubain.

Ernesto Tito Puentes

Jeudi 23 juillet
Ernesto Tito Puentes et son invité Ibrahim Maalouf
Ernesto Tito Puentes défend une musique afro-cubaine, mêlant des influences européennes et africaines.
> Angel Yos y la Mecanica Loca
Samedi 25 juillet

ORLANDO POLEO

Orlando Poleo Venezuela et Manu Dibango le Samedi 25 juillet

Orquesta SCC

Dimanche 26 juillet : Orquesta SCC La Excelencia ! ls reviennent avec une nouvelle formation, la Orquesta SCC, ambassadrice de la nouvelle génération de la salsa New-Yorkaise : la Salsa Dura !
> Cuban Beats All Stars

Raul Paz

Vendredi 24 juillet : Raul Paz revient sur la scène salsa avec son album VEN VEN qui traduit le son du Cuba d’aujourd’hui et l’énergie de son époque.
> La Sonora Libre

Orchestra Baobab

Festival Jazz à Vienne

Samedi 4 Juillet Théâtre Antique - Afrique

Orchestra BaobabFormé dans les années 1970 à Dakar au Sénégal, l'Orchestra Baobab tire son nom du Club Baobab où il se produit alors régulièrement. Le groupe cuivré brasse d’abord les influences sénégalaises et ouest africaines (le high-life en fait partie). Il y ajoute bientôt des manières soul twist (voire carrément funk façon JB’s : “Kelen Ati Leen” extrait du très électrique A Night at Club Baobab), des guitares aux sonorités surf ou wawa, et incorpore surtout les rythmes cubains en vogue. Dans ce milieu des bouillonnantes 70’s, le baobab devient à Dakar le meilleur bois de synthèse afro cubain dont se chauffent les danseurs. À l’heure où le jamaïquain Bob Marley fait lui ses premières incursions londoniennes, Orchestra Baobab fait partie des orchestres phares d'Afrique de l'ouest… Jusqu'à la fermeture du club au seuil des années 80. L’Orchestra enjoué aura joué le “Jin Ma Jin Ma” jerk des milliers de fois, enregistré une kyrielle de disques et bien plus de K7 encore, essentiellement distribués du Sénégal au Cameroun.

Orchestre Baobab 75

Citons le succès de Orchestre Baobab 75, les opus Baobab à Paris Vol. 1 et 2, l’album A Night at Club Baobab qui incendie les pistes à tout coup de Tombouctou à Moscou, et enfin le très populaire On Verra Ca : The 1978 Paris Sessions (réédité en 1992). Orchestra Baobab se sépare en 1987. Les teuffeurs du Paname afro sont aussi en deuil. Ce sont pourtant des anglais (du label World Circuit) qui rassemblent finalement les vétérans.

Specialist in All Styles

Le Baobab refleurit à partir de 2001. Leur mélange afro de musiques latines et soul retrouve toute sa pertinence à l’heure de la world music établie. Le groupe réédite alors ses albums Pirate's Choice (enregistré en 1982), Specialist in All Styles, A night at Club Baobab (en 2006) et le bien nommé Made in Dakar.

Artistes présents à Jazz à Vienne 2015

Jazz à Vienne 2015Naomi Shelton • Jean-Pierre Bertrand • Dee Dee Bridgewater • The Messenger Legacy invite Benny Golson • George Benson • Roy Hargrove Quintet special guest Yasiin Bey (Aka Mos Def) • Thomas Enhco - Feathers • Gil Evans Paris Workshop • Snarky Puppy • Philip Catherine / Richard Galliano / Didier Lockwood Trio • Mr Day • Melody Gardot • Lillian Boutté & Satchmo Gumbo • Orchestra BaobabChucho Valdés • Davell Crawford • Pharrell Williams • The Cookers invite Chico Freeman • Sting • Laurent Coulondre Trio • Maceo Parker • Dhafer Youssef • Uptake • The Golden Gate Quartet • Allen Toussaint


Cubaton All Stars

Livres cadeaux à Cuba

49ème Montreux Jazz Festival

Cuba

TOUS LES DEGRÉS MUSICAUX

Seize jours de musique, d’intensité sur les scènes et de chaleur humaine: voilà ce que souhaite provoquer, chaque année, le Montreux Jazz Festival. Et ça commence fort !
La première soirée, tout comme le premier week-end, annoncent la teneur bigarrée des choix artistiques du Festival: Soul, R&B (Emeli Sandé, John Legend), Jazz (Yaron Herman, Erik Truffaz, Bugge Wesseltoft), Blues (Tommy Castro), Funk (Fred Wesley and the New JB’s), Rock (dEUS, The War on Drugs), Pop (Sinéad O’Connor), Folk (Jackson Browne), musiques électroniques (The Chemical Brothers, Fritz Kalkbrenner, David August, Maya Jane Coles), Electro-pop (Lilly Wood & the Prick, Oscar and the Wolf), sans compter les prolifiques scènes gratuites…
La nouvelle génération d’artistes qu’aime suivre le Festival semble s’imposer dès le début et cela jalonnera l’ensemble de la quinzaine: les curieux pourront par exemple verser quelques larmes avec la jeune irlandaise à la voix crève-cœur Soak (Montreux Jazz Club), découvrir les harmonies vocales de The Staves (Montreux Jazz Club) et d’Ibeyi (Montreux Jazz Lab) ou encore le psyché-rock de Foxygen (Montreux Jazz Lab).