l'Art de la restauration

Les cubains sont devenus des as de la débrouille et de la mécanique, rafistolant avec des éléments issus de plusieurs marques.

CubalatinaCubalatina
Classic Cars à La Havane, Cuba

Réformes économiques à Cuba

Des changements ont été bien accueillis par les cubains qui souhaitaient vendre ou remplacer leur véhicule vieillissant. Auparavant, seuls les véhicules construits avant la révolution pouvaient changer de mains, ce qui signifiait que des milliers de véhicules, comme les Lada de fabrication soviétique, étaient «gelés» dans les mains de leurs propriétaires. Les Cubains contournaient ces règles en «se prêtant» les voitures les uns aux autres.

Garder les vieilles voitures en état de marche à Cuba

Keeping the Old Cars Running In CubaOn estime qu’environ 50 000 de ces pièces de musée, parcourent aujourd’hui les rues de Cuba. Ayant comme toile de fond les belles et délabrées façades de la Vieille-Havane, les voitures classiques transportent le spectateur jusqu’aux années 50. Elles sont maintenues en bon état de marche et font la fierté de leur propriétaire.

l'Art de la restauration

Restauration automobiles à La HavaneElles sont les reines de la Havane. et datent des années 40, 50, de l’époque où Cuba était encore le pré carré des Etats-Unis. D'autres sont en moins bon état, mais on fait avec les moyens du bord. Les cubains devienne des maîtres dans l'art de la restauration. mais il ne faut pas regarder leurs véhicule dans le détail.


Havana American Cuba cars

Havana American Cuba carsOn se débrouille comme on peut pour les pièces de rechange avec les cousins de Miami...Certains arrivent après de nombreux efforts à conserver leur véhicule proche de l'état concours, mais si on ouvre le capot, on risque de tomber sur un moteur qui n'est pas d'origine. le V8 ayant rendu l'âme, un moteur diesel plus économique, le remplace.


Vintage à Cuba

La marque Chaika, aussi increvable que rarissime

Automobiles à La HavaneDe l'avis du concierge d'un hôtel haut de gamme, pour un service very VIP, rien ne vaut la Chaika (prononcez "chaïka"), le légendaire carrosse des apparatchiks soviétiques. En visite en 1989 à Cuba, alors que l'importation de véhicules américains s'est arrêtée net trente ans plus tôt, Gorbatchev laissera derrière lui une flotte de 10 spécimens "aussi increvables que rarissimes", dixit Rino, le chauffeur de l'attelage collector noir mat et de taille limousine.


Période spéciale

Au début des années 1990, lorsque la période spéciale battait son plein, certaines de ces voitures ont quitté le territoire cubain. On pense qu’après avoir subi des travaux de restauration elles ont été vendues à des prix astronomiques. En vertu de la modification des règlementations, l’exportation de ces voitures est interdite et on peut dire aussi que les voitures elles-mêmes ont décidé de ne pas cesser de se promener majestueusement par les rues de La Havane.