Cypress Hill



Armanda Latina

Le groupe joue principalement devant le public latino de Los Angeles et enregistre des démos de chansons comme « Phuncky Feel One » et « Trigga Happy Nigga ». Ils signent en 1991 sur le label Ruffhouse de Philadelphie. (distribué par Columbia Records).

Influences latino

Avec sa musique enfumée et le FLOW nasillard de B-Real, Cypress Hill est un des rares groupes de rap, avec les Beastie Boys, à compter de nombreux adeptes au delà des frontières de ce style. Leur humour, leurs influences latino et les ambiances mâtinées de funk concoctées par DJ Muggs les placent à part de leurs confrères de la côte ouest des Etats-Unis. Le groupe dispose également d'une identité visuelle forte avec les pochettes morbides de Black Sunday, premier coup d'éclat en 1993, ou Cypress Hill III - Temples of Boom en 1995.
Sans compter leurs nombreux tatouages, héritage des gangs dont les deux MCs, B-Real et Sen Dog, ont fait partie. Après six années de silence, Cypress Hill donne un successeur à Till Death Do Us Part avec l'album Rise Up en avril 2010...



Discographie Cypress Hill

Albums studio
1991 Cypress Hill - 1993 Black Sunday - 1995 III - Temples Of Boom - 1998 IV - 2000 Skull & Bones - 2001 Stoned Raiders - 2004 Till Death Do Us Part - 2010 Rise Up


Le groupe, qui se produit régulièrement en concert, revient en force au printemps 2010 avec l'album Rise Up. De retour après six années de silence, Cypress Hill compte sur l'évévenement pour relancer sa carrière.
Le disque coproduit par B-Real, Pete Rock, DJ Muggs et Jake One est supervisé par Snoop Dogg. Il comprend des collaborations de Tom Morello, Evidence et The Alchemist, Everlast, Mike Shinado, Pitbull et Marc Anthony. Le premier single « It Ain't Nothin' » arrive sur internet.

Cypress Hill - Insane In The Brain (Official Video)

Cypress Hill - Band of Gypsies (Official Video)



Le rappeur B-Real

De Cypress Hill, le grand public connaît souvent la grand carcasse nonchalante du rappeur B-Real (Louis Freese, 02/06/1970), bouc et bob vissé sur la tête. Né en 1970, le fils d'une réfugiée cubaine et d'un mexicain, tous deux en délicatesse avec la loi, prolonge l'héritage familial en entrant dans le gang des Bloods à Los Angeles. Il y côtoie au milieu des années 1980 Sen Dog (Sen Reyes, 20/11/1965), un afro-cubain de cinq ans son aîné. Le frère de ce dernier, Melow Man Ace, donnera le goût du rap à B-Real qui aime déjà écrire. A la même époque, DJ Muggs (Lawrence Muggerud, 28/01/1968) s'achète des platines et apprend à mixer. En 1986, il fait la rencontre de B-Real et de Sen Dog, trio qui devient Cypress Hill, un groupe qui se produit surtout dans les house parties. Muggs fait tout d'abord ses armes avec le groupe 7A3 qui sort un album et offre au DJ sa première tournée en 1989. Cette année là, il gagne également le championnat DMC de la côte ouest.

How I Could Just Kill A Man

Après quelques hésitations de B-Real qui façonne alors son style nasillard si particulier, Cypress Hill est lancé par la signature en 1990 chez Sony/Ruffhouse et prépare son premier LP en s'appuyant sur l'expérience et les contacts de Muggs. L'album éponyme, enregistré principalement en Californie et mixé à Philadelphie par Joe The Butcher, voit le jour l'année suivante et s'écoule à deux millions d'exemplaires aux Etats-Unis grâce notamment à un single empreint de l'expérience de gangster de son duo de MCs : « How I Could Just Kill A Man ». L'identité du groupe est déjà forte : des instrumentaux funky avec des boucles entêtantes et des sons parfois stridents, une touche latino, le flow décalé de B-Real et la voix discrète de Sen Dog. Cette sortie leur permet de tourner avec des têtes d'affiches rap de l'époque comme Naughty By Nature, 3rd Bass ou Ice Cube, ce qui fait augmenter encore leur notoriété. DJ Muggs peaufine son style en produisant des titres pour les Beastie Boys et l'album de House Of Pain qui contient le tube « Jump Around ».


Concerts, festivals

Découvrir
Cypress Hil

Skull & Bones

Le groupe, tout en gardant son style, sort ensuite plusieurs albums dans lesquels il explore diverses directions et notamment le mélange de rock et de rap, concept qui devient ensuite à la mode, notamment avec le groupe Limp Bizkit. Mais Cypress Hill frappe fort en 2000 avec Skull & Bones qui contient un disque dédié à chaque style. Point fort, le double single « (Rap) Superstar » / « (Rock) Superstar » destiné à des publics différents qui se retrouvent autour du même album. Les invités sont prestigieux pour les deux faces : Everlast, Eminem, NORE d'une part et des membres de Fear Factory, de Rage Against The Machine et des Deftones de l'autre. La même année sort un album en concert, Live at the Fillmore.

Rise Up

Le groupe, qui se produit toujours régulièrement en concert, revient en force au printemps 2010 avec l'album Rise Up. De retour après six années de silence, Cypress Hill compte sur l'événement pour relancer sa carrière. Le disque co-produit par B-Real, Pete Rock, DJ Muggs et Jake One est supervisé par Snoop Dogg. Il comprend des collaborations deTom Morello, Evidence et The Alchemist, Everlast, Mike Shinado, Pitbull et Marc Anthony. Le premier single « It Ain't Nothin' » arrive en avant-première sur internet. Il faut ensuite attendre huit ans avant de voir pointer une nouvelle production du quatuor, en l'occurrence l'album Elephants on Acid (2018), riche de vingt-et-un titres, produit par DJ Muggs et comprenant les extraits « Band of Gypsies » et « Crazy ».

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

The Essential Cypress Hill