Septeto Nacional & Ignacio Pineiro

Sin rumba no hay son

CubalatinaCubalatina
Septeto Nacional, l'album Sin rumba no hay son

Enregistré en janvier 2009 à Cuba, cet album contient quatorze morceaux qui brillent de mille feux

Des ompositions nouvelles et traditionnelles, magie des rythmes afro-cubains, arrangements pimentés de rumba, de congos et de guarachas, trompette exubérante, tout ici symbolise, au-delà des modes, des dictatures et des révolutions, la victoire éternelle de la musique.

Le son Habanero

Septeto Nacional, DiscographieCe groupe qui en est à sa quatrième génération de musiciens est un monument historique de la scène cubaine. Depuis 83 ans, il perpétue le "son habanero" et depuis 1969 date de la mort de son fondateur Ignacio Piñeiro il a ajouté son nom à son patronyme, pour rendre hommage à celui qui fut, à l'instar d'un Willie Colón, l'un des piliers de la scène musicale de l'île, l'un de ses plus grands chefs d'orchestre et auteurs compositeurs.

Une pierre à l'édifice de la musique cubaine

Echale salsita

En 1933 le "Septeto Nacional" est engagé pour jouer à la Foire Exposition de Chicago et ensuite à Séville avec un nouveau chanteur, Marcelino "Rapindey" Guerra, le groupe se fait remarquer et obtient une récompense. C'est à ce moment qu'il présente la fameuse composition de PIÑEIRO.


"Echale salsita" le titre mythique qui annonça le mot "salsa"

Septeto Nacional, Echale SalsitaEchale salsita" titre mythique qui annonça le mot "salsa" et inspira Gershwin alors en visite à Cuba pour son "Ouverture cubaine"!. De retour dans la capitale cubaine le "Septeto Nacional" obtient de nouveaux succès au "Yacht Club" dans le quartier de Miramar et participe à plusieurs films.
Ignacio Piñeiro quitte l'ensemble en 1935. Lázaro HERRERA en assure alors la direction jusqu'en 1937, date de sa dissolution.
Dans cette fin de période le groupe compte alors d'excellents instrumentistes qui ont par leur expérience apportés une pierre à l'édifice de la musique cubaine : Marcelino GUERRA, Francisco SOLARES, Eutimio CONSTANTÍN, Oscar VILLARTA, Bienvenido GRANDA. En 1954, le " Septeto Nacional" réapparaît sous la direction de PIÑEIRO avec plusieurs de ses premiers intervenants, VALDÉS, LEÓN, GUTIÉRREZ, HERRERA. Après 73 ans de succès à travers le monde, de nouveaux membres plus jeunes ont pris la relève et perpétuent avec brio la tradition fondée par Ignacio PINEIRO.


Ignacio Piñeiro And His Septeto Nacional (1928-1930)

Septeto Nacional, Colección de OroAu retour d'une tournée à New York avec María Teresa VERA, Ignacio PIÑEIRO quitte son groupe et entre dans le "SEXTETO NACIONAL" groupe créé l'année précédente dans le cadre de la guerre des labels.
Les premiers chanteurs du Sexteto sont : Juan de la CRUZ , première voix et claves, Bienvenido LEÓN-seconde voix et maracas. Leur duo vocal - tenor/baryton à La Havane est exceptionnel. La formation est complétée par Alberto VILLALON-guitare, Francisco SOLARES-tres, Làzaro Herrera-trompette, José INCHARTE-bongo et Ignacio PIÑEIRO-contrebasse. En 1927, l'Académie Habana Sport est l'un des premiers lieux où se produit le groupe. Avec le concours d'Abelardo BARROSO-voix, les premiers enregistrements ont lieu à New York entre 1927 et 1928.

Dès le retour des Etats Unis le Sexteto fait une tournée dans toute l'île, avec l'aide du Label Victor. Il s'agit de faire la promotion des disques dès leur enregistrement.


Sexteto Nacional

Sexteto nacionalLe "Sexteto Nacional" est rapidement apprécié du public et entre en concurrence directe avec le "Sexteto Habanero". Le groupe se démarque par le style personnel de PIÑEIRO, qui en est le compositeur exclusif, son jeu à la contrebasse diffère du jeu traditionnel et le "Sexteto Nacional" va être à l'origine d'une différence entre le Son habanero et le Son oriental.