Cubalatina
Recherchez
MUSIQUE CUBAINE - ARTISTES CUBAINS

¡Cubanismo!

Jesus Alémany " Mucho Gusto" The very Best Of Cubanismo !

Cubanismo


Cubanismo, Jesus Alémany

Flamme ardente au centre d'une fiesta radieuse qui brandit très haut les couleurs de la musique cubaine, la trompette de Jesùs Alemañy rayonne impériale...
The very Best Of Cubanismo !

Ancien membre du groupe Sierra maestra, l'homme a réuni autours de lui des musiciens "1st class", de féroces guérriers capables de débrider les corps les plus rouillés. Dans cette compilation concoctée à partir de quatre albums enregistrés entre 1996 et 2000 , on croise entre autres, le pianiste Alfredo Rodriguez, le flûtiste Orlando "Maraca" Valle, les percussions exemplaires d'Anga diaz, Tata Güines et Changuito. On appréciera également la présence sur deux titres inédits (reprises de Marley) des jamaïcains Ernest Ranglin et Luciano.
Discographie Cubanismo...>
Bookmark and Share

Rencontre de La Havane et de la Nouvelle-Orléans
Berceaux du blues et du jazz, de la contredanse, danzon et de la rumba, La Louisiane et Cuba ont donc mélangé l'héritage purement africain aux cultures françaises, espagnoles et anglo-saxonnes...

Cubanismo"Dans chaque pièce de l'album, on entend distinctement le mélange des racines musicales des deux pays", affirme Jesus Alémañy, avec l'album Mardi Gras Mambo, un projet musical aussi ambitieux qu'inédit: moitié cubain, moitié louisianais.
"C'est un mélange tout à fait délibéré", raconte Alémany. "La plupart des chansons sont chantées en anglais, pour toucher de près le monde anglo-saxon." Grâce à un concert au Jazz & Heritage Fair à La Nouvelle Orléans en 97.



À cette époque ¡Cubanismo! achevait sa première grande tournée mondiale et rassemblait quelque cent vingt mille spectateurs. À la suite de l'escale mémorable en Louisiane, le label Hannibal propose au groupe un projet de métissage. Sur une idée de Joe Boyd, le réalisateur, Le groupe Yockamo All Stars venait d'enregistrer un premier album sous le même label. Trois des musiciens américains sont venus à La Havane en décembre 98; "on s'est assis et on a discuté de ce qu'on allait faire. On a choisi les chansons et partagé le travail entre quatre arrangeurs. C'est comme ça que tout a commencé."

"Mardi Gras Mambo"

Résultat : une équipe regroupant une vingtaine de musiciens. Et un disque rutilant de cuivres qui mélange allègrement les percussions, les épices et les accents antillais et cajuns. "Nous avons essayé de créer un son, commente Jesus. Ils voulaient autant apprendre de notre musique que nous de la leur. Je connaissais de vieilles chansons louisianaises comme " Mother in Law " ou " Mardi Gras Mambo ", et même si j'en ai signé les arrangements, toutes les idées ne sont pas de moi. Tout s'est fait sur une base d'échanges continuels."

Cette rencontre n'a pourtant rien d'accidentel. Fuyant l'insurrection des esclaves en Haïti, des musiciens créoles et leurs maîtres français avaient alors trouvé refuge en Louisiane en transitant forcément par Cuba. Ce sont eux les ancêtres de Ferdinand de la Menthe, alias Jelly Roll Morton, le premier pianiste de jazz avec son Creole Love Call.
Au début du vingtième siècle, le brassage était si important que des bateaux faisaient l'aller-retour entre La Havane et La Nouvelle-Orléans presque quotidiennement. Berceaux du blues et du jazz, de la contredanse danzon et de la rumba, la Louisiane et Cuba ont donc mélangé l'héritage purement africain aux cultures françaises, espagnoles et anglo-saxonnes bien avant l'enregistrement de ce disque. "Ça reste de la musique populaire avant tout, c'est une musique qui bouge beaucoup et je vous garantis que vous allez danser!"
¡Cubanismo! brasse tout ça sur scène avec une chanteuse américaine rompue au répertoire blues et jazz et un formidable duel entre deux voix mâles: John Boutté, natif du Bayou, et Rolo Martinez, autre légende cubaine de cinquante-cinq ans, qu'Alémañy a revu par hasard un soir, à La Havane.
En seulement quatre ans, l'orchestre du réputé trompettiste Jesus Alemany est devenu l'un des principaux ambassadeurs de la musique afro-cubaine. En 1998, le magazine New York Latino écrivait à son propos : " 1997 fut l'année de l'invasion cubaine, menée par la troupe à Jesus Alémañy ! ".

Alignant 15 des meilleurs musiciens de La Havane, Cubanismo propose un survol à la fois moderne et nostalgique des différents rythmes qui ont fait vibrer Cuba depuis 1930 dont la rumba, le cha-cha et le son.


Toute la musique de Cubanismo >