Lost and Found

20 ans après la sortie de l’album originel

CubalatinaCubalatina
Lost and Found, Buena Vista Social Club

World Circuit présente Lost and Found

Presque 20 ans après la sortie de l’album originel du Buena Vista Social Club, World Circuit présente ‘Lost and Found’ – un ensemble d’inédits de la constellation des "all-stars" de Buena Vista : Ibrahim Ferrer, Rubén González, Cachaíto López, Guajiro Mirabal, Eliades Ochoa, Omara Portuondo & Compay Segundo. L’album originel du Buena Vista Social Club fut enregistré en 1996 pour le label World Circuit par Ry Cooder en sept jours à La Havane. Cette session réunissait beaucoup des grands noms de l’âge d’or de la musique cubaine des années 50, dont certains furent tirés de leur retraite pour l’occasion. L’album connut un retentissant succès aussi inattendu qu’international, au point de devenir l’album le plus célèbre de l'histoire de la musique cubaine.

Compay Segundo

Projet Buena Vista Social Club

CubalatinaCubalatina
Compay Segundo

Quand Ry Cooder débarque à La Havane en 1996 pour mener son projet autour de la musique cubaine, il s'interesse au personnage de Compay Segundo, il en fera le pilier de Buena Vista Social Club un album où sont réunis en autres Rubén Gonzales, Ibrahim Ferrer et Omara portuondo, il faudra ce disque pour que la majorité des cubains apprenne que Compay existe, alors qu'il est acclamé à l'étranger. en 1997 ses chansons commencent à passer à la radio.

Un célèbre club de musique, le Buena Vista Social Club

C'était un célèbre club de musique de la banlieue de La Havane, à Cuba, qui, dans les années 1940, réunissait les plus célèbres musiciens cubains. Cinquante ans après sa fermeture, ce nom fut donné à ce projet, imaginé par Nick Gold de la maison de disque World Circuit et de Ry Cooder un guitariste américain, de réunir dans un même enregistrement des musiciens cubains « campesinos », soneros légendaires des années 1930, 40 et 50, des musiciens d'Afrique de l'Ouest. Coincés pour cause de visa à l'aéroport de Paris, les Africains ne pourront pas se rendre à Cuba, et finalement, l'enregistrement de l'album s'effectuera sans eux.

Reportage à Cuba

Ry Cooder

CubalatinaCubalatina
Ibrahim Ferrer

Buena Vista Social Club presents Ibrahim Ferrer

Ry Cooder, un beau jour de 1998 décide de reprendre l'avion vers Cuba pour retrouver les membres du Buena Vista Social Club et les convaincre de reprendre leurs instruments. Dans sa quète, il est accompagné par le cinéaste Wim Wenders, décidé à immortaliser cette résurrection sous forme d'un reportage.
Aidé par le compositeur Juan De Marcos González, leader du célèbre groupe cubain Sierra Maestra, Ry Cooder rassemble divers artistes aux studios Egrem, à Cuba.
15 jours pour enregistrer 3 albums : A toda Cuba le gusta des Afro-Cuban All-Stars, le premier album d’Ibrahim Ferrer, et l'album Buena Vista Social Club.

Cuban All Stars

All Stars Buena Vista Social ClubRedécouvrez Compay Segundo, le guitariste Eliades Ochoa, le contrebassiste Orlando Cachaito Lopez, ainsi que le pianiste Rubén González>, époustouflant de grâce et de virtuosité, Ibrahim Ferrer le prince du Boléro et la magistrale Omara Portuondo qui étaient réunis dans l’album à succès du Buena Vista Social Club, et des Afro-Cuban All Stars.

Un Grammy en 1997

l'album Buena Vista Social Club

Buena Vista Social Club, GrammyL’album Buena Vista Social Club reçoit un Grammy en 1997 et remporte un succès mondial, et il a été choisi par le magazine Rolling Stone comme l'un des 500 plus grands albums de tous les temps. Car il s'agit bien d'une résurrection. Ry Cooder était allé rechercher ses musiciens oubliés, des vétérans de la musique cubaine qui avaient gardés malgré les épreuves de la vie, une énergie et une fraîcheur incroyable.


Orlando Cachaito Lopez

Un contrebassiste de légende

Orlando Cachaito LopezPar son inventivité, le contrebassiste Orlando Cachaïto Lopez avait secoué le ronron salsa. Ce neveu du célèbre Cachao et digne descendant de la légendaire dynastie Lopez. Cachaïto Lopez était le contrebassiste de toutes les révolutions musicales, il avait créé son propre groupe en invitant le conguero Anga Diaz> et le DJ Dee Nasty, il secoua le monde de la salsa avec inventivité en empruntant au dub, au reggae et à la dance, il fût aussi un des piliers du Buena Vista Social Club.


Buena Vista Social Club at Carnegie Hall

Une musique qui parle de chaleur, d'amour, de foi et d'amitié

Buena Vista Social Club at Carnegie HallIls ont surtout au fond d'eux une profonde envie de faire partager leur musique. Une musique qui parle de chaleur, d'amour, de foi et d'amitié. Une musique qui évoque irrésistiblement le soleil écrasant et le parfum du tabac le soir, devant un verre de rhum. Leur parcours se terminera sur la scène du Carnegie Hall de New York, sous le regard bienveillant de la Statue de la Liberté qui sait sans doute mieux que personne que parfois, quand le talent est au rendez-vous, les contes de fées peuvent devenir réalité.