Découverte de Cuba



Découverte de l'île de Cuba, un photographe donne sa vision de Cuba et vous fait partager son voyage.

Habana cuba

Cyril Lawski

Exposition photographique de Cyril Lawski

Habana Cuba

Découverte de Cuba

Alejandro González

Alejandro GonzalezAlejandro Gonzalez. Un documentariste affirmé, qui travaille par séries très précises, qu'il sélectionne avec rigueur et sur lesquelles il ne revient jamais. Alejandro Gonzalez est retourné sur les traces de son enfance, entre autres dans ce Parque Lenin dont il lui disait que la modernité était une introduction au futur radieux de Cuba et dont il montre, dans des couleurs proches de celles des magazines soviétiques des années soixante-dix, les machineries rouillées, les canalisations bouchées, les aires de jeux envahies par les herbes folles.
Il a, en noir et blanc, cadré au carré et saisi au flash une jeunesse portant des vêtements venus des États-Unis, une génération dans laquelle ne peut se reconnaître le jeune homme né en 1974 qui s'étonne de leurs casquettes et de leurs skates. Il expose une série radicale sur les homosexuels, entre autres des portraits serrés, carrés, réalisés en 2008 lors de la Journée Mondiale contre l'Homophobie.

Alfredo Sarabia

Tonalité sombre

Alfredo SarabiaAlfredo Sarabia. Un tout jeune auteur de 25 ans, écorché vif, qui dit sa souffrance dans une tonalité sombre, choisit le noir et blanc pour inventorier les innombrables bustes du poète José Marti, inspirateur de la première révolution dont le pouvoir castriste a fait sa figure de proue. Un héros souvent décrépi, même si on le trouve dans le moindre square, dans la cour des écoles et des collèges de tout le pays, en pierre, en bois, en bronze et maintenant souvent en matière résine ou plastique blanche. Il expose pour Photoquai un bouleversant autoportrait, aux limites du désespoir, pour lequel il a marché en photographiant sur le mur d'enceinte du Cementerio de Colon, la plus grande nécropole d'Amérique du sud. D'un côté la ville, de l'autre les morts, entre les deux l'ombre du photographe en équilibre instable.

Expos Cuba

Séverine THEVENET

Severine THEVENETJ'ai eu dans ce pays, la meilleure experience de ma vie ! J'espère que leur situation changera, tout en gardant leur humanité et leur joie de vivre; c'est un peuple enrichissant humainement ! Ils n'arrêtaient pas de nous envier parce qu'on avait tout en France ; Je leur disais qu'ils avaient l'essentiel que nous n'avons plus...

Frédéric VIGNEAU

Frédéric VIGNEAUL’image se concentre sur les regards,  les jeux de lumière, le graphisme, la couleur ne vient pas détourner l’attention, l’émotion traduite y est alors plus forte.
C'est une ré-écriture de la réalité qui la transcende. J’ai visité plusieurs pays d’Amérique Latine: Brésil, Bolivie, Mexique et Pérou, ainsi que le Népal; ces voyages m’ont donné l’impression de passer, de voler rapidement les images. Puis un jour; ce fût Cuba, pourquoi Cuba ? Ma passion de la photographie remonte aux années 80 ; j’ai commencé à prendre des clichés en Noir et Blanc dans Paris, au coeur du quartier des halles alors en plein chantier.
Le Noir et Blanc m’a parut être un mode d’expression privilégié, plus apte à traduire mes émotions.

Claude RIBEAUCOURT

Claude RIBEAUCOURT CUBA : A la recherche de soleil en janvier, destination Cuba un voyage de trois semaines accompagné d'une charmante jeune femme. Au volant de notre voiture à remonter le temps, l'émotion de traverser des villages, des villes coloniales espagnoles. Rouler avec les américaines des années 50 aux pistons malades et carrosseries grinçantes. Une population chaleureuse et fière qui aime la musique et la danse. Des paysages changeant tout au long du voyage, d'ou l'envie de fixer ces moments rares.



Reportages Cuba

Expositions Photos

Tourisme à Cuba

Maison Dupont de NemoursA Cuba, le tourisme est sans doute aujourd'hui la première source en devises. Des efforts considérables sont fournis pour continuer à développer ce secteur, ce qui ne manque pas de provoquer des tensions, tout en aggravant les inégalités.

Prostitution à Cuba

Maison Dupont de NemoursL'île compte-t-elle davantage de prostituées qu'à l'époque où Cuba était surnommée le "bordel de l'Amérique"?
- Il existe des différences majeures. Avant la révolution castriste, en 1959, vendre son corps ou pratiquer la délation auprès des autorités suscitait une condamnation unanime. Aujourd'hui, c'est le contraire. Les "cavaleuses" symbolisent le succès et les délateurs sont récompensés par le gouvernement. Le sens moral et l'éthique ont disparu. La révolution - et le fiasco économique qui va avec - oblige chaque jour les Cubains à simuler, à feindre, à mentir.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

Santiago de Cuba

Santiago de CubaDeuxième ville du pays, Santiago de Cuba est la plus "caraïbe" des villes cubaines. Fruit de plusieurs siècles de métissage entre les Aborigènes, les Espagnols, les Africains, les Français et les Asiatiques, elle a conservé son caractère colonial avec ses rues étroites en escaliers, ses balustrades et ses patios.