Cuba, l'experience de ma vie



Un photographe donne sa vision de Cuba

Carnets de voyage, Cuba

Reportage photo de Severine Thevenet

J'ai eu dans ce pays, la meilleure experience de ma vie ! J'espère que leur situation changera, tout en gardant leur humanité et leur joie de vivre; c'est un peuple enrichissant humainement ! Ils n'arrêtaient pas de nous envier parce qu'on avait tout en France ; Je leur disais qu'ils avaient l'essentiel que nous n'avons plus...
Séverine.



Habana Cuba

Transports à Cuba

Cuba, reportage photo de Severine Thevenet

La botellaInterview :
"A cause du pétrole on a diminué la quantité de transports qu’il y avait avant. Depuis la chute du socialisme, le transport est devenu une folie parce que l’on doit marcher tout le temps à pieds ou en voiture à cheval ou en cyclo, et avec un enfant on se fatigue très vite. Alors on doit faire des visites courtes, près de la maison."

La botella

La botella est une sorte de stop admis par l'état, un homme habillé en jaune arrête les camions de l'état à la sortie de chaque ville ou de nombreuses personnes attendent pour monter à l'arrière voyageant ainsi debout sur des centaines de km pour quelques pesos.
Si je veux aller dans un village, je dois chercher un autobus, mais avant je dois avoir le ticket et s’il n’y a pas de bus, je dois trouver une voiture et là encore l’économie ne suffit pas.
Le premier septembre quand on commence les cours, tout le monde dit la même chose.! je n’ai pas pu partir, je suis resté tout le temps à la maison.

Vie sociale à Cuba

Vie sociale à CubaJ'ai voyager comme cela, je ne crois pas cependant que ce soit vraiment admis pour nous étranger. Je trouve cela plus convivial humainement et moins cher bien sûr.
Il y a quand même les voitures de l’état qui circulent et les gens qui les ont, sont obligé de s’arrêter et de t’emmener dans leur voiture, de te rapprocher. On t’aide quand même. C’est la collectivité, la vie sociale, il suffit de parler aux gens, on ne te laisse jamais en route.
C’est une chose positive, malgré toutes les difficultés, on est unis; la vie sociale continue. Bien qu’il y ait de tout dans la société, on te respecte. Il n’y a pas de drogue, on sait que ce n’est pas bien et on ne le fait pas, c’est tout. Il y a une autre chose que je voudrais ajouter, ce sont les vacances, les opportunités chez nous de partir en vacances sont très réduites.





Les plages à Cuba

On peut aller dans celles qui ne sont pas payantes, mais même l’argent ne suffit pas, il y a des problèmes de transports.
Je dois rester à la maison en faisant tous ce que je n’ai pas pu faire pendant l’année scolaire. Alors quand on rentre en classe à la rentrée, on est toujours dans le même stress. On ne peut même pas penser voyager à la Havane, ce n’est pas possible à cette période de l’année, parce que tout le monde veut voyager.

Voyager à Cuba

Les prix augmentent et pour voyager il faut au moins mille pesos. Les centres touristiques on n’y pense même pas !
Parce que tout est en dollars. Les touristes arrivent en cherchant le soleil, les plages sont fameuses. Mais pour nous même si c’est chez nous, ce n’est pas possible de se déplacer d’un endroit à l’autre.
Pour moi c’est mieux alors de rester à la maison. On va à des plages moins jolies et plus proches, on n’y va de temps en temps avec le bus, mais c’est aussi fatigant parce que les bus sont pleins de monde.

Tourisme à Cuba

Pour nous, les vacances c’est un peu compliqué, mais on en a besoin pour se reposer mentalement et spirituellement. Je ne suis pas contre le tourisme, parce que tout le monde doit voyager et rencontrer d’autres personnes, mais nos possibilités sont à chaque fois réduites. Les centres touristiques sont pour les touristes. Il nous reste que des choses qui ne sont pas si commode, mais on l’accepte.

Les femmes cubaines

Compliments des hommes aux femmes dans la rue

Frédéric VIGNEAULorsqu’on se promène dans la rue, les hommes vous interpellent par des sifflements et vous complimentent sur votre tenue ou votre corps. Au début, pour moi, petite française, ce n’était pas très agréable et puis lorsqu’on a compris que c’est gratuit, comme un jeu entre l’homme qui parle et la femme qui en rajoute ou répond d’un sourire, on s’aperçoit que ça anime les rues et le contact entre les gens.

Rosa, femme de Cuba

Rosa, Femmes de CubaLe compliment de la rue vient de la colonisation espagnole, aujourd’hui il est toujours présent, mais a beaucoup changé. Par exemple, quelques années en arrière, on te faisait de beaux compliments comme " Extraordinaire, quel corps !" "Mais ce n’est pas possible quand ta mère a accouché de toi, le monde a du s’arrêter !. Mais aujourd’hui, beaucoup de compliments ne sont pas très sympas, ils sont devenus laids et grossiers.

On aime plaire c’est culturel !

Il n’y a pas de mal aujourd’hui, à ce qu’une femme complimente un homme à son tour dans la rue. Avant, cela ne se faisait pas, mais aujourd’hui on peut l’entendre
A une amie cubaine mariée avec un européen, me disait " Mais je ne comprends pas quand je viens en Europe, personne ne se retourne sur moi, personne ne me regarde ou ne me complimente. Alors je ne suis pas belle, je ne leur plaît pas ? Cela me manque, et me donne moins confiance en moi. Et tous ces gens dans le train qui lisent et ne vous adressent même pas la parole alors que vous êtes assise à côté d’eux. Moi aussi j’avais un livre, mais j’ai parlé à la fille à côté de moi. Je l’ai peut être ennuyée, mais je ne comprends pas çà ".
" Nous les femmes cubaines, on aime plaire c’est culturel ".

Aspects positifs de la vie sociale

Malgré toutes les difficultés, à partir de la débâcle de l’union soviétique, nous sommes restés seuls.
Nous sommes restés seuls et nous avons travaillé plus fort.
On a perdu des amis du marché socialiste, ceux qu’on appelait " amis ": L’Union Soviétique, l’Allemagne etc...
On a dû chercher un autre marché dans d’autres pays de l’Europe. Mais malgré ça, la vie sociale continue. Je pense que chez nous maintenant, on est devenu plus fort, parce que par exemple dans un quartier, n’importe où, tout le monde t’aide, tes voisins t’aident. Ce n’est pas une chose absolue, mais on ne peut pas dire qu’on se couche sans rien manger.
Tu peux cogner à n’importe quelle porte d’un voisin. Si tu as un problème, on peut t’aider. Par exemple moi, j’ai beaucoup de vêtements et si je vois un garçon qui n’a pas de vêtements pour aller à l’école, je lui donne un pantalon sans problême, je le ferai spontanément.



Reportages Cuba

Expositions Photos

Aspects positifs de la vie sociale

Vie sociale à  CubaMalgré toutes les difficultés, à partir de la débâcle de l’union soviétique, nous sommes restés seuls.
Nous sommes restés seuls et nous avons travaillé plus fort. On a perdu des amis du marché socialiste, ceux qu’on appelait " amis ": L’Union Soviétique, l’Allemagne etc...
On a dû chercher un autre marché dans d’autres pays de l’Europe. Mais malgré ça, la vie sociale continue. Je pense que chez nous maintenant, on est devenu plus fort, parce que par exemple dans un quartier, n’importe où, tout le monde t’aide, tes voisins t’aident. Ce n’est pas une chose absolue, mais on ne peut pas dire qu’on se couche sans rien manger.
Tu peux cogner à n’importe quelle porte d’un voisin. Si tu as un problème, on peut t’aider. Par exemple moi, j’ai beaucoup de vêtements et si je vois un garçon qui n’a pas de vêtements pour aller à l’école, je lui donne un pantalon sans problême, je le ferai spontanément.
S’il y a des personnes avec l’eau, avec de l’argent, alors on s’occupe d'eux. C’est une chose très positive chez nous, mais ça vient du siècle passé. On ne peut pas dire que c’est une chose qui se passe dans toutes les villes. On vit la porte ouverte, on n’a pas peur d’aider quelqu’un.

Prostitution à Cuba

Maison Dupont de NemoursL'île compte-t-elle davantage de prostituées qu'à l'époque où Cuba était surnommée le "bordel de l'Amérique"?
- Il existe des différences majeures. Avant la révolution castriste, en 1959, vendre son corps ou pratiquer la délation auprès des autorités suscitait une condamnation unanime. Aujourd'hui, c'est le contraire. Les "cavaleuses" symbolisent le succès et les délateurs sont récompensés par le gouvernement. Le sens moral et l'éthique ont disparu. La révolution - et le fiasco économique qui va avec - oblige chaque jour les Cubains à simuler, à feindre, à mentir.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

Santiago de Cuba

Santiago de CubaDeuxième ville du pays, Santiago de Cuba est la plus "caraïbe" des villes cubaines. Fruit de plusieurs siècles de métissage entre les Aborigènes, les Espagnols, les Africains, les Français et les Asiatiques, elle a conservé son caractère colonial avec ses rues étroites en escaliers, ses balustrades et ses patios.

Trinidad de Cuba

Trinidad de CubaTrinidad est imprégnée d’histoire et de soleil, et délimitée par des montagnes arborées et elle se trouve au bord de magnifiques plages. Profitez du soleil sur le sable doux, faites un plongeon dans la mer chaude des Caraïbes ou bien venez découvrir le Parc Naturel de Topes de Collantes, absolument préservé, situé juste à l’extérieur de Trinidad.