Cuba l'île crocodile



Qui, des historiens, des photographes, des romanciers, nous donne une image juste de Cuba ?

La havaneAucun, sans doute, à moins que chacun, à sa manière, ait décidé d'atteindre la vérité par le chemin le plus sûr :
Celui du mensonge. Frederico Garcia Lorca, qui séjourne à Cuba au printemps 1930, s'imprime tout entier de sa fibre, de son émotion, de sa réalité. Il découvre à Cuba une " vie couleur de rhum ", et reproche au Morand d'Hiver Caraïbe de n'avoir vu l'île crocodile qu' "à l'envers ", de sa terrasse, ne remarquant rien de ses « choses caractéristiques », à commencer par la dictature du général Machado...

A quand remonte le mythe?

La symphonie étourdissante du chant des oiseaux...

Claude RIBEAUCOURT Au 28 octobre 1492, sans doute, quand Christophe Colomb, croyant découvrir la province continentale de l'empire du Grand Khan, décrit l'eau limpide, la symphonie étourdissante du chant des oiseaux, les coquillages nacrés et les plages dorées. Là-bas, dit-il, les feuilles de palmier sont si grandes qu'elles servent de toit aux maisons."
Au fond, Cuba est un creuset, un athanor - celui que chaque alchimiste fait faire à sa guise pour y conserver son feu secret. Libre, riche, ouverte, la puissance de l'imaginaire cubain réside incontestablement dans cette faculté, offerte à celui qui l'observe, de pouvoir se l'approprier: chacun y apporte ce qu'il est.



Cuba est noire

Venus d'Afrique

Noirs cubainsTelle que la conteuse Lydia Cabrera, publiée par Roger Caillois dans La Croix du Sud, il y a plus de quarante ans, nous la fit découvrir, en recueillant la pensée primitive et subtile des Noirs cubains, dont les ancêtres, venus d'Afrique, touchèrent l'île au XVIe siècle. Cuba est chinoise: l'immigration asiatique fut très importante au XIXe siècle; ainsi, dans les années 60, le quartier chinois de La Havane était-il très prospère.

Cuba fût aborigène

Guanahatabeyes, Siboneyes et Taïnos

TaïnosElle qui ne compte plus aujourd'hui que quelques dizaines de métissés sur les 100 000 à 200 000 Guanahatabeyes, Siboneyes et Taïnos recensés avant l'arrivée des Espagnols. Cuba est blanche. Cuba est métisse.

L'auberge cubaine accueille le pire comme le meilleur.

La HavanePour Littré, Cuba n'éxiste que par ses cigares, ses excellents havanes - il est vrai que nous sommes en 1880 - et pour Los Van Van, groupe célèbre il y a dix ans: " La Havane n'en peut plus. D'un côté, le métissage architectural cubain, qui engendre un art baroque où se multiplient colonnes et chapiteaux. De l'autre, souvenez-vous, ce refrain imbécile datant d'avant guerre : Un jour à La Havane, un tout petit négro jouait dans sa cabane du banjo.

Dictionnaire Insolite de Cuba

Cuba est le fruit d'un singulier métissage de cultures

Dictionnaire Insolite de Cuba Carrefour stratégique des routes reliant le Nouveau Monde à l'Europe, Cuba est le fruit d'un singulier métissage de cultures. Malgré des lieux communs touristiques, l'île possède un patrimoine méconnu. Varadero est certes toujours paradisiaque alors que La Havane n'a pas qu'un charme colonial; Sartre, Hemingway, Joséphine Baker comme des parrains de la mafia y avaient leurs habitudes. Les "pieds secs" ont fait de Miami la deuxième ville cubaine, cependant que la Vierge de la Charité du Cuivre attire encore les foules à El Cobre; les flan de leche, ropa vieja et moros y cristianos ont chacun leurs variantes, la santeria ses adeptes. Et les rythmes de la conga s'accompagnent d'un Cuba libre.

Le vrai visage de Cuba ?

Venus d'Afrique

L'île montre un profil sans cesse changeant : Cuba est une girouette. Le syncrétisme cubain, vorace, gourmand, «traversé par les torpeurs de la sieste et la somnolence du bambou» (José Lezama Lima), fausse les cartes, fait pousser de faux gratte-ciel au pied des avocatiers, envoie des corsaires et des flibustiers, fait écrire au voyageur allemand Alexander von Humboldt que Cuba est une île " populeuse qui empeste la viande séchée ",
et à un certain écrivain dissident Guillermo Cabrera Infante qu'elle est la source " de tous les commerces possibles et de toutes les nostalgies .

C'est un fait, Cuba, en général, et La Havane, en particulier, échappent et fuient. Quelle Havane choisir ?

Celle des Trois Tristes Tigres, éclairée par un soleil d'été, rouge, sur une mer indigo: La Havane de la prostitution et des boîtes de nuit, de la Mafia et de Batista, mais aussi - paradoxe des paradoxes - de l'éclosion d'un milieu culturel brillant, autour de Lezama Lima et de sa revue Origenes?

La Havane de Nicolas Guillén

- La Havane de Nicolas Guillén, immense poète et communiste sectaire, ville aux boutiques aussi bien achalandées et approvisionnées que celles de Moscou ( nous sommes en 1937! ), mais dont les plages sont interdites au poète américain Langston Hughes, à cause de la couleur de sa peau ?

La Havane de Reinaldo Arenas

- La Havane de Reinaldo Arenas et celle d'Armando Valladares: de l'exil et de la prison? Celle du Madrilène Joaquim Belda, qui, dans La Coquito, raconte que les Noires « s'enduisent le corps d'un onguent à base de piment, effectuant jusqu'à l'aube une danse infernale »?

La Havane de Severo Sarduy

- Celle de Severo Sarduy, lumineuse et baroque? Celle d'Alejo Carpentier, toute de colonnes et de pâtisseries néocoloniales? Celle de Graham Greene, traversée par la vie de bordel, la roulette des hôtels et les «crabes Morro»?

La Havane de Cecilia Valdés

- Celle de Cecilia Valdés, la sensuelle et provocante mulâtresse, qui hante les pages de La Colline de l'ange, roman antiesclavagiste publié en 1839 par Cirilo Villaverde, « petite vierge de bronze » dont les descendantes arpentent aujourd'hui le Malecon et le paseo de Marti?

Le Cuba José Lezama Lima

- José Lezama Lima, auteur du magique Paradiso, nous donne un conseil. Il faut, dit-il, découvrir La Havane entre chien et loup, jamais dans le heurt du plein jour et du plein midi, mais dans la lumière du matin et celle des crépuscules. Ernest Hemingway l'avait bien compris, lui qui, dès 1928, écrit à sa femme: «Je me suis souvent demandé ce que je devrais faire du restant de ma vie et, maintenant, je le sais - j'éssaierai d'arriver à Cuba.»

Le Cuba d'Hemingway

Hemingway à CubaLe Cuba d'Hemingway n'est pas celui des poncifs dont on l'affuble si facilement. C'est le Cuba du vent frais et du soleil luisant, de l'amitié avec les pêcheurs, des arbres, de l'enfance retrouvée, du Gulf Stream, un des derniers lieux sauvages de la terre. Un Cuba exactement semblable à ce qu'il devait être avant que les hommes ne viennent avec leurs bateaux, leurs légendes, leurs héros fatigués ou réhabilités, leurs mensonges, leurs camps, leur embargo, et que l'Histoire n'est pas près d'acquitter...


Reportages Cuba

Expositions Photos

Tourisme à Cuba

Maison Dupont de NemoursA Cuba, le tourisme est sans doute aujourd'hui la première source en devises. Des efforts considérables sont fournis pour continuer à développer ce secteur, ce qui ne manque pas de provoquer des tensions, tout en aggravant les inégalités.

Prostitution à Cuba

Maison Dupont de NemoursL'île compte-t-elle davantage de prostituées qu'à l'époque où Cuba était surnommée le "bordel de l'Amérique"?
- Il existe des différences majeures. Avant la révolution castriste, en 1959, vendre son corps ou pratiquer la délation auprès des autorités suscitait une condamnation unanime. Aujourd'hui, c'est le contraire. Les "cavaleuses" symbolisent le succès et les délateurs sont récompensés par le gouvernement. Le sens moral et l'éthique ont disparu. La révolution - et le fiasco économique qui va avec - oblige chaque jour les Cubains à simuler, à feindre, à mentir.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

- Toute la musique cubaine
Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

Santiago de Cuba

Santiago de CubaDeuxième ville du pays, Santiago de Cuba est la plus "caraïbe" des villes cubaines. Fruit de plusieurs siècles de métissage entre les Aborigènes, les Espagnols, les Africains, les Français et les Asiatiques, elle a conservé son caractère colonial avec ses rues étroites en escaliers, ses balustrades et ses patios.

Trinidad de Cuba

Trinidad de CubaTrinidad est imprégnée d’histoire et de soleil, et délimitée par des montagnes arborées et elle se trouve au bord de magnifiques plages. Profitez du soleil sur le sable doux, faites un plongeon dans la mer chaude des Caraïbes ou bien venez découvrir le Parc Naturel de Topes de Collantes, absolument préservé, situé juste à l’extérieur de Trinidad.