Salsa : Genre musical créé par les Portoricains de New York

SalsaCe nom "Salsa", qui ne devrait désigner que le genre musical crée par les Portoricains de New York à la fin des années 60, servira de raccourci pour englober une foule de styles latinos-américains.

Naissance d’une musique créole

Africa Caribe

Africa CaribeAfrica Caribe reflète la vision de l'artiste : une musique urbaine où la religion afro-cubaine est centrale. C'est dans l'essence afro-cubaine de classiques de Ray Barretto, Eddie Palmieri ou Mongo Santamaria que puise Joaquin Claussell. Il les réinterprète pour les faire rentrer dans son univers. Les nouvelles versions de "Lucumi", "O Mi Shango" ou "Me Congo Te Llama" sont remarquables. Joaquin Claussell offre un écrin à la reine Celia Cruz qui ouvre avec "Chango" et nous permet de redécouvrir Ismaël Miranda dans une très jolie version de "Me Voy Ahora".


Africa Caribe - Mambo Mongo (Joaquin Joe Claussell Remix)

Fania videos

Africa Caribe Hammock House - Produced & Mixed by Joaquin "Joe" Claussell - out on Fania Records| Hammock House: Africa Caribe


Rythmes africains

Rythmes africainsIl faut attendre le milieu du 19e siècle, pour que des rythmes originaux soient créés sur l’île. Si la musique aborigène ne semble avoir eu aucune influence, en revanche l’apport africain occupe une place capitale. D’une part, les esclaves s'adaptèrent rapidement aux instruments espagnols, les chants et les danses restent fortement ancrés dans leur culture. Pendant longtemps le pays souffrira d’une pénurie chronique de musiciens professionnels blancs, la bourgeoisie créole préférant se consacrer à des professions plus " nobles ".
Les artistes noirs purent ainsi incorporer les rythmes africains de leurs cérémonies rituelles en conférant un plus grand sens de la percussion aux instruments européens ou en détournant leur outils quotidiens à des fins musicales.

Musique afro-cubaine

Une mélodie européenne sur des rythmes africains. Plusieurs cultures ont fusionné dans un creuset où les musiques espagnoles et françaises se sont considérablement enrichies des polyrythmes, des syncopes et des contretemps africains.


Histoire du Cuba Libre

Un symbole, une identité géographique et culturelle

Viva Cuba LibreAu Nicaragua, le rhum blanc est remplacé par de la Flor de Caña (la marque nationale de rhum) et le cocktail est nommé Nica Libre. Aux Etats-Unis et à Cuba, le Cuba Libre a évolué et est communément appelé Mentirita (petit mensonge) en référence à la politique cubaine. L’histoire du Cuba Libre démontre que les modes et cultures sont influencées par le monde des cocktails et réciproquement. Malgré le flou historique qui entoure ce cocktail classique, il s’agit de bien plus qu’une boisson : c’est un symbole, une partie intégrante d’une identité géographique et culturelle.

Le Cuba Libre selon Bacardi

Rhum Bacardi « Le cocktail le plus populaire au monde est né du conflit entre les Etats-Unis et l'Espagne, lorsque Teddy Roosevelt et ses troupes débarquèrent en grand nombre à Cuba. Un après-midi, un groupe de soldats américains en permission se réunirent dans un bar cubain. L'un d'eux plaça la commande suivante : Bacardi (Gold) et cola avec glaçons et un quartier de citron vert. La boisson suscita la curiosité des autres soldats qui commandèrent tous la même boisson. L'un des soldats suggéra alors de porter un toast et déclara ‘' Por Cuba Libre'', en l'honneur de la libération de Cuba ».