Pedro Juan Gutierrez



Sélection de livres sur Cuba : Pedro Juan Gutierrez

Trilogie sale de La Havane

Trilogie sale de La HavanePedro Juan Gutierrez (Auteur), Bernard Cohen (Traduction)
Né à Cuba en 1950, Pedro Juan Gutierrez est un citoyen pas très anonyme. Admiré et controversé, il est longtemps censuré à Cuba mais aussi aux États-Unis ou il est considéré comme l’un des auteurs les plus anticonformiste d’Amérique Latine.

Il sera à la fois marchand de glaces, coupeur de canne à sucre, dessinateur industriel, soldat, dirigeant syndical, professeur ou animateur de radio, peintre, sculpteur, et écrivain. Une vie décalée et quelque peu morose qui donne lieu a un art très sombre, très cru mais surtout riche par son expérience du terrain.

Animal Tropical

Le beau dans le laid

Animal TropicalGutierrez aime se définir comme un “créateur”. D’ailleurs ses œuvres ne se limitent pas a des fictions ; teintés de réflexions sur l’art, la peinture ou la sculpture, l’auteur cherche le beau dans le laid ou peut être le laid dans le beau. En mettant comme point central de l’œuvre la haine, la mort et le sexe, Gutierrez est souvent comparé a Charles Bukowski ou Henry Miller pour leur style très décadent et leur vision pessimiste du pathos humain.

En 2002, l’auteur cubain reçoit le prix Alfonso Garcia-Ramos pour son œuvre Animal Tropical. Cependant, c’est son précédent ouvrage qui le fera connaitre sur la scène internationale: Trilogie sale de la Havane.

Autoportrait aggravé

Gutierrez nous apprend à revoir notre définition du beau. A travers de longues descriptions d'excréments, de crasse, d'odeurs nauséabondes que les femmes de La Havane dégagent, du pus qui jaillit de son pénis pour couvrir les seins flasques des prostituées, Gutierrez nous entraine dans un monde si loin de la civilisation. Bourru, lunatique, hostile. Des romans effrayants qui traversent les profondeurs abyssales de la vulgarité Havanaise. Tout est mis en œuvre pour nous dégouter ou nous exciter.
Sorte d’autoportrait aggravé, on s’attache dans le premier livre au journaliste civil et propre, et au fur et à mesure que l’on contemple la noyade du personnage, on ne lit plus les propos intelligents que pour s’adonner à du voyeurisme.

La Havane délabrée, appauvrie, moche

Le propos de l’œuvre de Pedro Juan Gutierrez. Trilogie sale de La Havane, on observe le journaliste qui n’a pas perdu la veine de rapporter ce qu’il en est : La Havane délabrée, appauvrie, moche. Les thèmes varient de la pulsion sexuelle à la pourriture du corps humain. Une relation a l’art pas très occidental mais qui ne va pas sans rappeler que l’œuvre est d’abord celle qui fascine. En cela on retrouve l’artiste. Tout cela sur fond d’alcoolisme et de débauche sexuelle. On salue le citoyen cubain, sa vie, son ennui, son profond mal-être.

Critique sociale du régime castriste

Si toute ses œuvres sont teintées de critique sociale du régime castriste, on ne peut s’empêcher d’admirer un monde improbable a nos yeux, ou blanc et noir des ghettos cubains ne sont pas mêlés a des soucis de discrimination tant déjà la pénurie est grande. Gutierrez nous dit : quand il n’y a rien il n’y pas de raisons de détester puisque chacun est déjà un ennemi.

Le roi de La Havane

Réalisme sale

Le roi de La HavaneDans la vieille ville de La Havane, splendeur déchue au passé décadent, Rey est un roi sans royaume, proclamé monarque dès son plus jeune âge. Soupçonné de meurtre, l'adolescent fait ses premières armes et apprend la vie. Après une évasion de prison, il devra affronter la rigueur implacable de la rue, où l'attend une vie d'errance. Dès lors, plus rien ne lui importe, sinon la survie, la liberté et le sexe, seul plaisir qui puisse distraire sa misère sans retour. Chantre du «réalisme sale», Pedro Juan Gutiérrez pose un regard à la fois tendre et cynique sur Cuba et le destin protéiforme de ses habitants, faune terrible et apocalyptique.
«Un tableau minutieux, précis, de l'enfer, sans pathos, sans compassion, sans démonstration, à travers la peau et l'âme primitive, brute, instantanée de ceux qui y passent leur vie.»





Livres de Pedro Juan Gutierrez

Auteurs Cubains

Zoé Valdés

Zoe valdesZoé Valdés, écrivaine d'origine cubaine exilée à Paris depuis 1995, a profité de l'occasion pour parler ici de son livre, un «essai romancé», La Fiction Fidel, une charge à fond de train contre Fidel Castro publiée chez Gallimard.

Reinaldo Arenas

Reinaldo ArenasReinaldo Arenas, Ses critiques contre le pouvoir et son homosexualité lui valurent de connaître la prison et les camps de réhabilitation par le travail. Il quittera Cuba pour les Etats-unis en 1980.

Wendy Guerra

Wendy GuerraWendy Guerra, elle est reconnue à Cuba pour son œuvre poétique, des recueils tels que le précoce Platea a oscuras (1987) ou Cabeza rapada (1996).




Livres - Cuba

Cuba et la Musique cubaine

Cuba et la Musique cubaineNueva timba havanaise, son d'Oriente, columbia de Matanzas, sucu-sucu de l'île des Pins, tonadas de Trinidad, trova, chansons des rues... Cuba est une terre de musiques qui a donné au monde des rythmes - rumba, cha-cha-cha, mambo...-, et des voix célèbres - Compay Segundo, Celia Cruz, Machito... Ce livre invite à une promenade musicale dans l'île et raconte la naissance de ses musiques : les influences africaines, espagnoles, créoles qui les ont façonnées, ses figures célèbres ou méconnues, les carnavals, les rites religieux et les particularités locales qui font sa richesse et son charme.

Caliente !

Compay SegundoEn moins de cinq ans, Compay Segundo est passé d'un quasi anonymat à la célébrité la plus méritée. Ce parcours musical hors de l'ordinaire est connu. Ses spectacles, ses disques ont triomphés partout. Aujourd'hui, grâce à Lino Betancourt, Compay, sa vie, son oeuvre font l'objet d'un livre (édité par la maison d'édition José Marti) fait de témoignages, dont bon nombre sont inédits, du guitariste-chanteur-compositeur lui-même et venant aussi d'autres artistes, de journalistes, écrivains ou musicologues.