Portrait Polo Montañez



La légende Polo Montañez >

L'histoire de Polo Montañez tient un peu du conte de fée… Cet ex-bucheron placide, chanteur pour touristes à ses heures perdues, est devenu en quelques mois une véritable star, d'abord à Cuba puis dans toute l'Amérique centrale où ses chansons ont envahi les ondes...

Un ex bûcheron devenu chanteur

Portrait Polo MontanezRepéré un beau jour sur une terrasse de restaurant par le producteur français José da Silva (Lusafrica), " Polo " ne tarde pas à se retrouver dans un studio à enregistrer son premier album. Par la grâce de ses chansons aux mélodies fluides et aux textes simples et sentimentaux, le disque ne tardera pas à être en tête des ventes et, par conséquence, dans l'autoradio de tous les chauffeurs de taxis de La Havane.

Guitarra Mia

Guitarra Mia - Polo MontañezUn ex bûcheron devenu chanteur, nouvelle coqueluche du pays, qui relance les ventes à l'étranger, et qui distribue baisers et autographes, il pose pour la photo souvenir. Une bouteille de rhum circule de main en main. On l'entoure, on le flatte, le congratule. Polo Montanez sourit de toute cette effervescence autour de lui, savoure le moment avec un certain détachement.

Boleros, guajiras, guaguanco

Populaire à Cuba

Polo MontañezPour Polo Montañez, le bouche-à-oreille suffira peut-être à créer une rumeur favorable. Si l'on prend en exemple ce qui se passe à Miami avec lui : bien qu'interdit de radio (en tant qu'artiste vivant et travaillant à Cuba), il était numéro un des ventes dans tous les magasins.

Il était la coqueluche de tous les Cubains depuis plusieurs mois. Les radios le jouent en boucle, et rares sont les chauffeurs de taxi qui n'ont pas sa cassette à portée de main. Démentant ceux qui voient dans le rap et la musique électronique le futur de la musique cubaine, Polo Montanez réunit toutes les générations. Ce succès a presque valeur d'énigme. Sa voix ne bouleverse pas, il n'invente rien, interprète des chansons sentimentales, du son, des boleros, des guajiras, du guaguanco. Sur scène, il n'est pas de ces artistes dont le charisme foudroie, il s'agite un peu pataud plus qu'il ne danse. Mais il sait le secret des paroles simples qui vont droit au cœur, il avait l'art des mélodies fluides, familières dès la première écoute.

Polo des montagnes

Le visage buriné, à la ville comme à la campagne coiffé du chapeau qui le protège du soleil dans ses collines, pas fier pour deux sous, il est le prototype de l'antistar. En moins d'un an, pourtant, "Polo des montagnes", de son vrai nom Fernando Borrego Linares, a capté vers lui tous les regards. "Le déclic est venu de Colombie", explique José Da Silva. Il a rencontré Polo Montanez par hasard. C'était en 1999, non loin du coin où celui-ci est né voilà quarante-sept ans. Dans un restaurant, à Las Terrazas, un site touristique au cœur de la campagne verdoyante de la Sierra del Rosario, à une soixantaine de kilomètres de La Havane.
Il a été d'emblée séduit par cet homme à la poignée de main chaleureuse, qui interprétait des chansons entendues nulle part ailleurs.

Pas de Guantanamera, Lagrimas Negras et autres Chan Chan, les habituels refrains au répertoire dans les restaurants de Cuba, rien que ses compositions propres.

Guajiro Natural

Trois mois plus tard, José Da Silva revient pour enregistrer le nouvel album de l'Orquesta Aragon. Entre deux prises, " on en a profité pour mettre en boîte Guajiro Natural, le premier disque de Polo ". Une maquette glissée dans la main du directeur de MTM, le distributeur en Colombie de Lusafrica, et voilà bientôt l'humble paysan chanteur cubain, ancien bûcheron reconverti dans la chanson, fêté en Colombie.

Sortir le disque à Cuba

"Les radios cubaines, qui jusqu'alors faisaient peu de cas de sa personne, ont alors commencé à s'intéresser à lui, poursuit José Da Silva. Quand il est passé à la télévision, les gens ont découvert un type gai, sympathique, vrai. Tout le pays a craqué." Il fallait maintenant sortir le disque à Cuba, où le support de prédilection des amateurs reste la cassette.



Monton de Estrellas

Guajiro NaturalLusafrica publie le premier album de Polo Montañez, intitulé Guajiro Natural, à Paris le 14 mars 2000. Quelques mois plus tard, le disque sort en Colombie sur le label MTM, le succès est presque immédiat. L’artiste devient une vedette du jour au lendemain.

Les titres Guajiro Natural, puis Un Monton de Estrellas se classent numéro 1 de toutes les radios du pays. Les ventes de l’album atteignent rapidement des sommets (à ce jour elles totalisent 70.000 exemplaires en Colombie, où le disque de Platine est attribué pour des ventes dépassant les 40.000 exemplaires). Le succès se propage aux pays de la région, Equateur, Venezuela, Panama, Mexique… Le simple paysan cubain se retrouve propulsé à l’état de Star.


Un paysan simple et vrai

Polo Montanez : El Guajiro

Polo Montanez : El GuajiroPolo Montanez avait effectué une tournée dans toutes les provinces, se produisant à chaque fois devant des dizaines de milliers de personnes. A Santiago, dans l'est de l'île, et volé la vedette à l'une des grandes figures musicales locales, Eliades Ochoa, protagoniste du fameux projet collectif Buena Vista Social Club. Cet homme restera toujours comme il était, "un paysan simple et vrai".



Fernando Borrego Linares

Le destin en décide autrement, Fernando Borrego Linares décède dans la nuit du 26 novembre 2002, à l’hôpital Cimex de La Havane. Il y luttait entre la vie et la mort, depuis qu’il y avait été transporté après un terrible accident de la circulation survenu le 20 novembre précédent. Cette disparition est vécue comme un drame pour la population cubaine qui est informée chaque jour, heure par heure, par les radios et les télévisions, de l’état de santé du chanteur après son accident.

Avec ses deux albums, l’Auteur laisse derrière lui une trentaine de chansons inédites. Sa disparition soudaine est une lourde perte pour le label Lusafrica qui, au-delà de l’Artiste, perd un ami, un homme chaleureux et attachant, un poète d’une humilité et d’une générosité remarquable.
Deux années après cette disparition, Lusafrica décide de publier un album posthume réunissant 10 titres inédits, dont Siete Anos dans lequel Polo avait donné sa chance à sa choriste Gladis Pérez, ainsi que le titre Guitarra Mía dans une nouvelle orchestration et 3 titres phares issus de ses albums précédents: La Ultima Cancíon et Desde Abajo, (de l’album Guitarra Mía) ou Un Monton de Estrellas - son plus grand tube (de l’album Guajiro Natural).



Discographie Polo Montañez

Guitarra Mia

Le deuxième album de Polo Montañez, Guitarra Mia (enregistré à La Havane et Paris) est publié par Lusafrica au début de l’été 2002 en Colombie et à Cuba, puis en octobre en Europe. L’artiste vient ensuite se produire en Europe début octobre. Pendant ce séjour, Polo enregistre 3 titres: Locura de Amor, Pueblo Mío et Amor e Distancia, une chanson qu’il vient d’écrire à Paris pour Cesaria Evora. Polo s’envole ensuite pour Cuba avec plein de projets: la tournée européenne s’est très bien passée, une autre plus importante se prépare pour le printemps suivant. Et surtout, Polo doit partir 10 jours plus tard pour lancer Guitarra Mia au Mexique où on l’attend pour une semaine de promotion intensive.