Cuban All Stars



Redécouvrez les anciens représentants de la sono cubaine

Buena Vista Social ClubRedécouvrez Compay Segundo, le guitariste campesino Eliades Ochoa, le contrebassiste Orlando Cachaito Lopez, ainsi que le pianiste Rubén Gonzales, fringant octogénaire, époustouflant de grâce et de virtuosité, Ibrahim Ferrer le prince du Boléro au regard pailleté, et enfin la magistrale Omara Portuondo qui étaient tous réunis dans l’album à succès du Buena Vista Social Club, et des Afro-Cuban All Stars. Sans oublier les groupes Familia Miranda et Septeto Habanero.

Stars cubaines

Yo vengo aquí

Francisco Maximo Repilado Muñoz

Yo vengo aquíPourtant le chemin a été long pour que Francisco Maximo Repilado Muñoz, de son vrai nom, né en 1907 à Siboney, village de la province d'Oriente, près de Santiago de Cuba. Fils d'un conducteur de locomotives employé de la compagnie des mines, Dés son plus jeune âge, il reçoit des leçons de solfège avant d'intégrer comme clarinettiste la fanfare municipale de Santiago. Et compose à 15 ans sa première chanson : Yo vengo aquí.

Pour réussir sa vie, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre.

- Compay Segundo

Grupo Compay Segundo

Les héritiers du Buena Vista Social club

Grupo Compay SegundoAprès la disparition de Compay Segundo en Juillet 2003 à l'âge de 95 ans, son fils Salvador Repilado créa avec Hugo Garzon et des musiciens du "Buena Vista Social Club" le " Grupo Compay Segundo " pour faire connaître l'oeuvre léguée par son père..

Los Compadres

Macusa

los CompadresLos Compadres permettent à Repilado de rendre populaire ses compositions : la mélodramatique Huellas del pasado, la sentimentale Macusa, inspirée par sa première fiancée, à qui il a dédié une de ses plus belles chansons.
Pendant des années, Los Compadres enregistrent un 78 tours, soit deux chansons par mois, ils participent à une émission de radio quotidienne qui est écoutée dans toute l'île, et en République Dominicaine. Leur style où les proverbes, les traits d'humour et les allusions gaillardes dominent, les rend populaires dans les campagnes comme dans les villes. Le duo dure quatorze ans. Le temps de se faire un nom, une place incontournable dans le paysage de la musique cubaine.



Le torcedor

Compay Segundo, le Tabaquero

Compay SegundoCompay a travaillé dans une manufacture de tabac comme tabaquero, dans toutes les fabriques de cigares de La Havane, un étage est réservé aux rouleurs de cigares - les torcedores, le métier le plus noble qui soit pour un Cubain.
Compay Segundo a longtemps été torcedor sans manquer un seul jour ! " Un Cubain authentique boit du rhum, fume le Habano et a l'oeil qui s'illumine à la vue d'une belle femme".
Alors Compay a fumé. Ça lui a pris en allumant les cigares de "Ma Regina", sa grand mère, une esclave libérée qui vécut jusqu'à 115 ans. pour compay, le cigare était aussi important que la musique.


Les trovadores

Tres cubain et guitare espagnole

Compay SegundoLe futur Compay Segundo fréquente ensuite le petit monde des trovadores, ces troubadours qui composent et chantent en s'accompagnant à la guitare.
L'instrument hybride dont il joue est de son invention, c'est une guitare à sept cordes appelée armónico aux sonorités particulières, issue du tres cubain et de la guitare espagnole avec sept cordes métalliques, la troisième double, plus sophistiquée, et qui lui donne plus de liberté dans la création de ses chansons.
En 1934, il part à la Havane avec Ñico Saquito, l'un des plus célèbres musiciens de l'époque, qui après l'avoir remarqué, se fait engager par un quintette de son "Cuban Stars"avec lequel il restera deux ans.

Le "son" issu de la province d'Oriente est alors à la mode dans la capitale, il n'a aucun mal à exercer sa musique. Quand il commence à parler de són, Compay a soudain des yeux qui brillent. Il a tout joué, La salsa, la rumba, le mambo, la cha-cha-cha, le boléro, le danzón et le són. Pio Leyva, un vieux maître du són compagnon de Compay, dit : " Le són est le père de tous les genres cubains. Les autres peuvent être très bien, mais le són a été le premier. Il faut le respecter. " Les gens confondent souvent le són avec la salsa ".
En 1936, il part au Mexique comme membre du Cuarteto Hatuey, dirigé par Evelio Machin. Il y reste six mois et enregistre son premier 78 tours . " C'est le seul exil qu'il ai connu. il retournait toujours chez lui, à Cuba. il était trop attaché à sa terre pour supporter un quelconque exil. Sollicité à son retour, Repilado enregistre pour la firme RCA-Victor, avec le Trío Cuba.


Albums Compay Segundo

Discographie

Manuel Galban

Le maître de la guitare

Manuel GalbanConnu dans le monde entier pour ses talents de guitariste, Manuel Galban s'était éteint à La Havane à l'âge de 80 ans. Le maître de la guitare, membre du célèbre groupe cubain Buena Vista Social Club et du quartette Los Zafiros.
Le musicien né le 14 janvier 1931 à Giraba était une figure artistique incontestée à Cuba. La télévision nationale a d'ailleurs qualifié sa mort de "grande perte, non seulement pour la musique cubaine".
Manuel Galban a fondé plusieurs groupes de musique comme Los Zafiros en 1962 ou encore Batey en 1974. Le talent du guitariste est rapidement connu et reconnu dans le monde entier. L'artiste aime mélanger plusieurs styles musicaux comme le filin, le R'n'B, le boléro ou encore la bossa-nova. Après avoir brillé avec le légendaire groupe Los Zafiros, il participe au projet Buena Vista Social Club dans les années 90, aux côtés entre autres de Compay Segundo, Ibrahim Ferrer, Pío Leyva, Ruben Gonzales, Orlando Cachaito Lopez. Le succès est évidemment au rendez-vous grâce au film documentaire réalisé par Win Wenders, Buena Vista Social Club. En plus de ces collaborations cubaines, il travaille avec Ry Cooper. Les deux artistes enregistrent Mambo Sinuendo en 2003 et remportent le Grammy Award du meilleur album pop instrumental.

A Découvrir

MySHOP Cubalatina

Retrouvez tout les albums de musique cubaine avec Amazon.fr

- Toute la musique cubaine.