Cubalatina
Recherchez
RYTHMES CUBAINS - MUSIQUES DE CUBA

Rythmes cubains

La musique et la danse, les deux piliers de la culture cubaine

Rythmes cubains

C'est la musique qui a développé le processus évolutif le plus rapide et le plus fort...

Musiques cubaine La Habanera, genre musical né de la danse créole et de la contredance, a influencé le développement du tango argentin et d'autres airs sud-américains.
Des recherches récentes affirment que dans les contredances de Manuel Samuell (El Nacionalista) on trouvait déjà le temps des habaneras; dans La Tedesco, par exemple, la première partie est presque similaire au danzón; même la chanson et la güajira sont restées esquissées dans beaucoup de leurs compositions.

Le "son" et le boléro sont arrivés à la Havane depuis les provinces orientales, en particulier de Santiago de Cuba. Le boléro est apparu au commencement de ce siècle avec les grands compositeurs Alberto Villalón et Sindo Garay, imprégnés d´une grande influence de Pepe Sánchez.

Même si les principaux airs de la vieille chanson d'amour étaient des boléros, Orlando de la Rosa et Isolina Carrillo, qui a laissé l'un des légs les plus sublimes de tous les temps avec le boléro "Dos Gardenias", se sont détachés comme compositeurs. Depuis la deuxième partie du XIXe siècle est réapparut le "son" montuno. En 1920, le Sextour Habanero fait son apparition dans les salons de bal de la haute société de la capitale. Le trio Matamoros, commence sa longue et importante carrière en 1925 à Santiago de Cuba. Le trio nous laisse quelques chansons classiques telles que: Son de la Loma, Mariposita de Primavera et Lágrimas Negras.

Un peu plus tard, arrive la première époque d'or du "son" qui véra surgir de nombreuses formations, dont quelques-unes commencent à enregistrer pour de grandes compagnies américaines. Aux pionniers du "son", ont succédé Arsenio Rodríguez, Miguelito Cuní, Félix Chapotín et Roberto Fax, pendant qu'Arcaño y sus Maravillas, la Sensación et d'autres orchestres danzoneras et charangueras rendent agréables les principaux bals de la capitale dans cette première époque qui comprend les années `40 et `50.


En 1950 Enrique Jorrín fait connaître La Engañadora, le premier cha cha cha.

En 1952 Pérez Prado fait son premier mambo.


La deuxième splendeur du "son", arrive dans la décennie des années`50 avec l'apparition d'un homme autodidacte provenant de Cienfuegos: Benny Moré, qui quelques années plus tard a gagné le titre de Bárbaro del Ritmo. Le compositeur et chanteur revitalise la forme traditionnelle, en menant le "son" montuno à un concept de jazz band.

Benny Moré est le musicien cubain qui a le plus influencé le processus évolutif de la musique cubaine et de la Caraïbe.

En 1970, apparaît l'orchestre de musique populaire dansante Los Van Van, avec une sonorité très typique et moderne. Plus tard, le "son" offre sa structure à la salsa, qui ajoute aussi des rythmes de la Caraïbe et des sonorités de la musique provenant des communautés cubaines, dominicaines et portoricaines de New York.


Salsa cubaineLa salsa cubaine, très connue de nos jours dans pratiquement tous les pays du monde, vit sa croissance et sa splendeur à la fin des années '80 et au commencement des années '90 avec la maturité des orchestres comme Los Van Van, NG La Banda, et le surgissement de jeunes orchestres comme El Médico de la Salsa, Paulo FG y su Elite et Issac Delgado, entre autres qui se maintiennent toujours au plus haut niveau musical jusqu'à nos jours.

<< Retour